AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 what's wrong.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sandankhr
||- the Demon Wolf
avatar

Messages : 408
Date d'inscription : 08/11/2010
Age : 20
Personnages actifs: : 4
RPs en cours : luna(7) lex(2) kara(2) erika(2)
Pseudo : sandankhr.

MessageSujet: what's wrong.    Sam 17 Juin - 11:45






► chapter one
Skeleton on the floor
Never wanted to be here now. one foot in the grave, other on the ground. I can't process but I feel it now: Skeletons on the floor.
T'avais reçu ce message étrange. Pourtant, ton téléphone sonnait jamais. Enfin,
tu le gardais un peu plus précieusement maintenant que Ashley était dans ta vie,
et il sonnait parfois, quand elle te parlait, mais c'est tout. Ca arrivait rarement,
que tu reçoive un message d'un des garçons de ton groupe, ton producteur, ou alors un réseau social qui passait par là. Alors, dès que ton téléphone vibrait,
tu le regardais. Et t'avais pu t'empêcher de froncer les sourcils lorsque t'avais lu ce message. D'où il sortait?

Pourtant, ce jour-là avait été comme un autre. Un jour de cours, où t'avais fini dans la salle de musique parce qu'une bonne partie de tes professeurs étaient absent. Tu t'étais entraîné à la batterie aujourd'hui. Changer un peu de la guitare et du piano s'était bien parfois. Et puis t'étais tranquille dans cette salle, personne ne venait te déranger. Alors tu jouais de tout, tu te défoulais aussi, et tu composais un peu, tu gardais quelques idées pour tes chansons. Mais aujourd'hui,
tu te défoulais surtout. Tu te sentais bien. Ta petite-amie allait bien, t'étais bien avec elle, et pas de fantôme qui t'embêtais ces jours-ci. Ouais, on pouvait dire que tu te sentais plutôt bien dans ta vie. Enfin, malgré ton corps abîmé. Tes cheveux blancs, tes tremblements incessants, ta jambe malade... Mais au moins,
ton esprit lui, était serein. Enfin, jusqu'à ce message.
T'avais directement arrêté de jouer lorsque tu avais entendu ton téléphone sonner,
et tu l'avais regardé tranquillement. Mais... Numéro masqué, et... Un rendez-vous? Cette personne t'appelait par ton prénom, disait vouloir te rencontrer, et te donnait rendez vous... Dans un manoir?  Un fan bizarre? Non... Ce n'était pas possible, et tu ne le sentais pas comme ça. Et puis, s'était signé à la fin. Amara Grace. Une femme donc? Et puis... Son nom était le même que celui du manoir.
S'était... Si étrange. Et ce rendez-vous si étrange t'intriguait. T'avais cette sensation que ce rendez-vous allait t'apporter quelque chose. Pourtant, t'aurais eu le reflexe de te dire merde, bloquer le numéro et supprimer le message aussi vite qu'il était arrivé. Comme tu faisais habituellement lorsque tu recevais un message ce genre. Mais là, tu sentais les choses différemment. Un espèce de magnétisme étrange, et tellement de curiosité...

Le message t'avais donné rendez-vous en fin d'après-midi. T'en avais pas parlé à Hayley, de son instinct de flic elle se serait inquiété et t'aurais dit de ne pas y aller, ou alors elle t'aurais accompagné, mais qui sait sur quoi elle tomberait, si ce rendez-vous touchait au paranormal. Et ça, t'en étais sûre.
Le manoir était plutôt loin de chez toi, et t'avais déjà passé une bonne partie de la journée à marcher, avec les cours. Il te fallait prendre le bus, et prendre quelque chemins encore selon le gps de ton téléphone. Ta jambe ne supporterait pas. Alors t'avais pas le choix, il était temps de la sortir. Et t'étais sorti plutôt nerveuse en sa compagnie, s'était la première fois que tu l'utilisais dehors, ta canne. Tu l'avais acheté il y a quelques jours. Depuis que Hayley était au courant pour ta cicatrice et ton muscle abîmé, t'assumais un peu plus cet "handicap". La personne la plus importante à tes yeux l'acceptait et n'y faisait même pas attention, alors à quoi bon le cacher. Les autres, tu t'en foutais. Mais bon, tu te disais ça mais en attendant quand tu l'avais acheté, tu l'avais fourré sous le lit et t'avais peur de la sortir. Et tu continuais à boiter comme un chien galeux dehors quand ta jambe fatiguait. Parce que se serait assumer cet handicap, le voir en face. Mais cette canne ne pouvait que t'aider.
Alors t'étais sorti plutôt nerveuse, ta canne noire à la main, au pommeau en argent. Ouais, t'avais pas pris n'importe quoi non plus. T'étais habillée de noir et de blanc, pour pas changer. Un jean noir, un chemise blanche, et un blazer noir,
portant par dessus un sublime manteau noir, plutôt long. Quant à tes longs cheveux blancs aux côtés rasés, tu les avait lâché, et bien coiffés. Ils étaient brillants, et soyeux. T'avais passé la semaine habillé simplement de tshirts et de débardeur pour tes cours, les cheveux attachés, alors tu pouvais t'habiller classe pour cette fois-ci. Et puis, t'allais rencontrer la propriétaire d'un manoir, non?
Mais au bout du compte, personne ne te remarquait vraiment. Canne ou non,
il y avait de tout dans cette fille, et ce n'est pas une canne chez une jeune femme qui allait en choquer. Au final, s'était plutôt tes cheveux de neige qui intriguait les autres, mais ça, s'était tous les jours, alors t'avais l'habitude.
Le chemin n'avait pas été très difficile, t'avais pris le bon bus, puis les bonnes rues. Et t'avais bien fait de prendre ta canne, car plus tu approchais le manoir,
plus tu sentais que ta jambe te tirait, et tu commençais à t'appuyer à ta canne. S'était de plus en plus douloureux, et tu ralentissait le pas, tu serrais le pommeau de ta canne. Mais t'avais l'habitude de cette douleur à force, et ton médecin t'avais dit de t’entraîner pour que ton muscle reprenne de sa force. Alors tu marchais sans vraiment t'inquiéter, car ça ne pouvait que t'être bénéfique. Et au moins, tu te rendais compte que t'avais pas acheté une canne à deux balles, car t'avais beau y mettre tout ton poids à chaque pas de ta jambe droite, elle tenait bien. Et en plus,
elle te servait vraiment. Car t'avais beau avoir mal, tu réussissais à marcher,
et tu sentais même la douleur s'estomper. Alors que sans cet accessoire, t'aurais vite abandonné, te serait assise plusieurs fois, et ça aurait été un sale cercle vicieux. Alors t'arrivais finalement face à ce fameux manoir. Vu ce que t'indiquait ton téléphone, s'était bien celui-là. Il était beau, mais tu sentais tellement de choses venir de lui. Des choses... Mauvaises. T'espérais ne pas tomber sur des esprits néfastes, mais visiblement, s'était mal parti. Mais t'avais quand même frappé à la porte, la main tremblante, comme toujours, attendant qu'on t'ouvres.
Et en attendant, plantée là devant cette porte immense, appuyée à ta canne,
tu te disais merde. Dans quoi tu t'étais fourré...?

T'avais regardé ton téléphone en attendant qu'on t'ouvre. Pas de message. S'était tant mieux. Si Hayley te demandait ce que tu faisais, t'avais pas envie de l'ignorer ou de lui mentir. Pour le coup, t'étais contente qu'elle avait du travail au poste. Tu lui racontera peut-être ce soir, une fois rentré, pour ne pas l'inquiéter.
Mais tout juste ton téléphone glissé dans la poche intérieure de ton blazer, on t'avais ouvert. Un homme, vêtue d'un uniforme. Un majordome surement. Il avait des longs cheveux bruns, devait avoir la cinquantaine surement. Et il te souriait. "Hé bien bonjour mademoiselle Griffin, vous êtes en avance! Veuillez me suivre, madame vous rejoindra dans quelque minutes." Il avait un sourire tellement malsain. Et puis tu fronçais les sourcils à ses paroles. Comment elle savait ton nom? S'était de plus en plus louche. Mais tu le suivais, silencieuse, hochant simplement la tête. Et tu ne l'avais regardé dans les yeux qu'une fraction de seconde, comme tu faisais avec toute les nouvelles rencontre, pour t'assurer que ce n'était pas un esprit qui s'amusait de toi. Mais rien ne te faisais effet, s'était donc bel et bien une personne vivante. Tu ne regardais jamais dans les yeux des autres. Depuis ton accident, s'était devenu une habitude. Tu ne savais pas vraiment pourquoi exactement, parce que Hayley, elle, tu pouvais regarder ses yeux. Peut-être que t'avais peur de croiser celui d'un fantôme, ou que ce que tu pouvais voir dans les yeux des autres te déconcentrais. Le jugement, la colère, la tristesse. Tu te fichais royalement de ce qu'ils pouvaient ressentir. Ça pouvait être ces deux points.
Et dès que tu avais posé un pied dans le manoir, t'avais senti quelque chose. Une aura oppressante, et puissante. Et des tas de présences qui étaient loin d'être vivante. Mais ce n'était pas le même ressenti qu'une maison hantée que t'avais déjà visité, non... Là, s'était mauvais, ça t'agressais l'esprit, ça te regardais avec tellement de haine que t'en frissonnais. Mais tu suivais cette femme, le pas lent, boitillante. Tout en la suivant, tu regardais un peu autour de toi. S'était beau, spacieux, mais tellement... Rempli. Tu sentais tellement de présence, et une aura que t'avais jamais senti auparavant. En réalité, ce que tu sentais de malfaisant et puissant, ne venait que d'une seule aura. Une seule personne. Mais cela n'empêchait pas que pendant ton petit chemin dans cette maison, t'avais senti plusieurs personnes t'observer. Et plus tu marchais dans ce manoir, plus tu t'approchais d'une pièce où tu pouvais entendre du brouahaha, du monde, qui discutait entre eux. Tu n'étais donc pas la seule à avoir eu cette invitation?
Mais c'est arrivé dans la pièce, que t'avais compris que tu t'étais réellement fourré dans quelque chose que t'aurais dû éviter.

Il y avait cette immense table au milieu de la pièce. Deux chaises y étaient libres, à chaque bout de table. Toute les autres places étaient occupées par des personnes qui discutaient entre elles. Des femmes, des hommes, barbus, des brunes, des blonde, bien habillés... Mais ce n'était pas ça que tu avais remarqué en premier. Car tous, avaient les yeux bandés d'un foulard noir. Et ils discutaient, comme si de rien n'était. Et t'avais pas le temps de réaliser tout ça que le majordome te faisais signe, toujours avec ce sourire. "Prenez place..!" Il avait l'air... Enthousiaste? Et il te retirait soudainement ton manteau pour le poser soigneusement au dos d'une chaise qu'il te tira pour que tu puisses t'asseoir. T'avais hésité, mais t'avais fini par t'asseoir, ta jambe douloureuse te faisant céder. Et tu retins un soupir de soulagement tant ça t'avais fait du bien. Mais là, dès que tu t'étais assise, le silence complet. Tout le monde avait cessé leur discussion, et tout les visages s'étaient rivés vers toi. Et tu te sentais à nouveau frissonner à cela, tu te sentais mal. T'avais l'impression que ces regards, pourtant cachés, t'agressais. Et t'avais horreur de cette sensation, et de ce silence si pesant. Et puis t'entendais des pas, quelqu'un entrer dans la pièce. Des talons, se diriger vers toi. Tu voyais alors une femme. Grande, blonde, aux yeux bleus éclatants. Elle portait une robe noire sublime et avait le regard confiant, et... Tu voyais de l'admiration, de la fascination, à la manière qu'elle avait à te regarder. "Bonjour mademoiselle Griffin. Je suis Amara Grace, celle qui vous envoyé le message. Je suis navré de vous avoir fait venir jusqu'ici. Si j'avais su que vous aviez des difficultés à vous déplacer, je serais venu de moi-même." Et elle te tendais la main, souriante. T'avais pas répondu à ces paroles, parce que tu te posais tellement de questions, tout en la regardant de haut en bas, toujours en évitant ses yeux. Et puis, t'avais pas envie qu'on te rappelle ton handicap. La canne le montrait déjà assez. Et tu ne lui avais pas serré la main. Pas par impolitesse, mais parce que tu voulais pas qu'elle remarque ton corps tremblant. Tu ne voulais pas qu'elle pense que s'était elle qui te faisait cet effet. Ton corps, il n'avait jamais cessé de trembler depuis que ton pouvoir avait fait surface. Parce que t'avais peur, sans arrêt. Et pas à cause de cette femme. "J'imagine que je n'ai pas à me présenter, n'est-ce pas? Qu'est-ce que vous me voulez, au juste? Et... Qui sont ces personnes?" De tes yeux, tu faisais un tour de table pour les regarder à nouveau. Ils étaient toujours aussi silencieux, à te fixer. Juste toi. Ca te rendait mal à l'aise, mais tu ne le montrait pas. Tu ne laissais voir qu'un visage de marbre et un regard froid et méfiant. Alors, la femme baissait sa main, et commençait à marcher jusqu'à l'autre chaise en face de toi, à l'autre bout de la table. "C'est vrai, vous n'avez pas à vous présenter. Luna Griffin. Je me suis permise de faire des recherches sur vous car votre cas m'intéresse." Tu fronçais les sourcils, alors que soudainement, un verre se retrouvait devant tes yeux, te faisant presque sursauter. S'était la majordome, qui te servait un verre de vin rouge. Et voyant que tu ne le prenais pas dans ta main, il te l'avais posé sur la table, toujours aussi souriant. Tu ne comptais pas le toucher, pour tes tremblements, mais aussi parce que quoi? Elle pensait vraiment que t'allais boire ce qu'elle te servait? Une pure inconnue? T'étais pas si débile. En plus, ce majordome ne t'inspirait vraiment pas confiance. La femme s'était alors assise à sa place, l'homme en costume allant vite vers elle pour lui servir le même verre qu'elle pris dans sa main. Et elle te fixait, tandis que toi, tu la sentais, alors que toi, tu regardais son verre, ou sa bouche. Des lèvres pulpeuses, maquillées de rouge à lèvres. "Dites-moi, mademoiselle Griffin. Depuis quand obtenez vous ce pouvoir?" Cette question t'avais figé. Alors s'était pour ça. Et elle savait tout. Et à cette question, toute les personnes aux yeux bandés avaient esquissé un sourire. Un sourire malicieux. "Allez droit au but." T'avais pas envie de tourner autour du pot. Cette ambiance malsaine, ce suspens, ça commençait à te faire perdre patience. Alors, tu faisais effacer le sourire aux lèvres des invités, et la femme eu un petit rire. "Vous êtes directe, c'est un bon point." Et puis, elle haussais les épaules. "Très bien. Dans ce cas il me faut me présenter de manière plus précise. Je suis la propriétaire de ce manoir. Mais également l'héritière d'une grande lignée... De sorcière. Je ne vous veux pas de mal, mademoiselle. Mon but, est de vous aidez à contrôler votre pouvoir. Vous laisser dans la nature comme ça avec un tel don peut être dangereux pour les forces obscures et de lumières. Je m'occuperais donc de votre confort face à ce don, et de votre silence." S'était tellement d'un coup, que t'avais pas su quoi répondre directement. Une sorcière, capable de t'aider à contrôler ton pouvoir? Force obscure, lumière... Tout ça pour que tu te sentes mieux, et que tu te taises. Vraiment? "Vous êtes en train de me dire, que vous allez m'aider à me sentir mieux avec ce pouvoir, juste pour que je ne dise rien à propos du surnaturel?" La blonde esquissait alors un sourire satisfait. "C'est exact." "Un peu trop beau pour être vrai." "Et pourtant, c'est bien ça. Ce qui ne sera pas "beau" cependant, se sera votre entrainement. Vous allez devoir passer bien des épreuves, et toute ne sont pas agréable à vivre. Est-ce vous serez capable de le supporter?" "Vous ne savez pas ce que je suis capable de supporter." "C'est parfait..." Alors, elle esquissa un sourire plus grand, et leva son verre, parlant à voix haute, sa voix raisonnant dans la pièce. "Hé bien, à vous! Bienvenue dans la manoir Grace, Luna Cassidy Griffin..!" Et enfin, les invités cessaient de te fixer et prenaient leur verre à leur tour, le levant, puis buvant avec la blonde. Quant à toi, tu avais seulement levé ton verre avant de le reposer, regardant dans les yeux cette femme si mystérieuse et étrange. A voir si elle racontait vrai.



CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne




Dernière édition par Sandankhr le Ven 28 Juil - 14:36, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tisty.forumgratuit.org
sandankhr
||- the Demon Wolf
avatar

Messages : 408
Date d'inscription : 08/11/2010
Age : 20
Personnages actifs: : 4
RPs en cours : luna(7) lex(2) kara(2) erika(2)
Pseudo : sandankhr.

MessageSujet: Re: what's wrong.    Jeu 22 Juin - 16:36



II. The Black Heart

Never wanted to be here now. one foot in the grave, other on the ground. I can't process but I feel it now: Skeletons on the floor.


Et ces personnes aux yeux bandés reprenaient leurs conversation. T'entendais de tout. Des parents qui parlaient de leurs enfants, des critiques d'un film, d'un roman... Ils faisait comme si de rien n'était, tandis que la sorcière restait silencieuse un moment, buvant son verre de vin, observant ces personnes autour de la table. "Alors." Avait-elle commencé, faisant taire tout le monde. Ce silence pesant revenant, et sa voix qui raisonnait à nouveau. "Parlez-moi un peu de votre don. Comment fonctionne-t-il?" Tu haussais alors un sourcil. "Vous devriez le savoir, non?" C'est vrai, pourquoi elle proposait de l'aider à le contrôler, la prévenait déjà d'un entrainement dur, et maintenant elle lui demandait comment ça marchait? "Chaque personne réagi différemment à ce pouvoir. Tu n'es pas la seule à l'obtenir, même si vous êtes très rare. Certains reste comme avant. Toi, je vois que tes cheveux sont devenu blancs. Certains ne font qu'entendre les esprits, ne peuvent pas les toucher, d'autres peuvent faire bien des choses..." A cela, tu dégluti, discrètement. "Alors, dites-moi tout." Tu réfléchissais alors à cette question, faisant de ton mieux pour tout regrouper. "Je peux les voir, parler avec eux, je peux sentir un endroit hanté ou une personne suivi par un esprit, je peux sentir leur présence. Je peux les toucher, ils peuvent me toucher... Mes yeux deviennent blancs lorsque je les regarde dans les yeux. Et, ouais, mes cheveux sont devenu blancs et... Je tremble, sans arrêt." Et tu soufflais, avant de prendre ton verre et le lever. Tu tremblais tellement, que le liquide secouait à l'intérieur du verre, en faisant lever les sourcils de la blonde. "Je vois... On dirait bien que ça vous ronge même physiquement. Vous en avez peur?" T'hésitais à répondre. "Je ne sais plus ce que ça fait, d'avoir l'esprit tranquille." Et tu ne l'avais pas vu, parce que tu ne regardais pas ses yeux, mais à cela, la sorcière avait baissé les yeux. Affectée? Peut-être. Pourtant, elle n'avait pas l'air émotive. "Bien... Nous tâcherons de vous arranger ça." Elle disait ça tellement naturellement que ça t'avais surprise. Cette femme pourrait t'arranger la vie si facilement? Alors que toi, pendant si longtemps, t'avais trimé à supporter tout ça, qui te torturais sans arrêt. Et encore maintenant. Tu t'en sentais mal parfois quand tu étais avec celle que tu aimais. Quand tu tremblais alors que tu l'avais dans tes bras devant la télé, quand tu la réveillais la nuit à cause d'une terreur nocturne. Parce que t'avais peur, encore et encore, tu les sentais sans arrêt, et maintenant,  t'avais peur qu'ils s'en prennent à elle aussi, et que tu ne puisse rien faire, à part les regarder faire. Parce que ton pouvoir les attirait.

Et puis, la sorcière avait posé ses coudes sur la table, joignant ses mains dont elle posa son menton dessus. Elle te regardais avec fascination, tu la sentais te fixer, ça t'en mettais mal à l'aise. "Et si nous testions vos capacités..?" A cela, t'avais un peu hésité, espérant qu'elle n'allait pas te faire faire quelque chose de malsain. Mais tu t'asseyais au fond de ta chaise, et tu haussa les épaules. Elle t'avait prévenu après tout. "Allez-y." Elle esquissais alors un sourire, puis avait bu la dernière gorgée de son verre. "Dites-moi... Autour de cette table, qui est bel et bien vivant..?" Et t'avais pas hésité une seconde, tu l'avais même regardé dans les yeux pour lui répondre. T'avais le regard sûr de toi, et perçant. "Vous, et moi." La pièce entière était resté silencieuse à cela. Les invités te regardait sans rien dire, et la sorcière esquissait alors un grand sourire. Et puis elle s'était levé, commençant à marcher vers toi, lentement, ses talons claquant au parquet ciré du manoir. "Hé bien, visiblement vous connaissez déjà bien votre don. Vous n'êtes pas une novice." A cela, t'avais répondu naturellement. "Malheureusement." "Oh n'en soyez pas si certaine. Cela aidera grandement à votre apprentissage." Elle passa sa main dans les cheveux d'un des invités, ou plutôt esprit, un sourire mauvais au visage. "Depuis quand l'aviez vous remarqué?" "Dès que j'ai posé le pied dans cette pièce." Son sourire s'agrandissait. "Pourtant, votre pouvoir est basé sur la vision. Vous faites partie de ceux qui ont besoin de leurs yeux pour connaitre la nature de la personne en face de vous. C'est pour ça que vous ne me regarder pas dans les yeux n'est-ce pas? Vos yeux... "s'activent", comme un radar. C'est pour ça que j'ai pris soin de bander les yeux de mes hôtes. Mais cela ne vous a pas empêché de les connaitre." "Je n'ai pas besoin de seulement regarder leurs yeux. Je peux le sentir. Je vous l'ai dit" "C'est là que ça deviens plus complexe. Votre don a évolué. Tout les porteurs de ce don n'ont pas cette faculté." Tu fronçais alors les sourcils, tu comprenais pas tout. "Ca veut dire que..." Elle arrivait alors à côté de toi, et te répondait, tellement enthousiaste. "Oui, vous êtes un stade au dessus, ma chère." Et elle avait l'air encore plus fascinée en te regardant. Mais toi, ça t'effrayait davantage de ce pouvoir. Mais comment t'avais pu le faire évoluer? Et est-ce que ça voulait dire que tu aurais plus de difficulté à l'apprivoiser?
D'un claquement de doigt de la part de la sorcière, tout les esprits s'étaient alors levés, prenant soin de remettre les chaises sous la table, puis ils s'étaient retournés avant de disparaître sous une fumée noire. Ça ne t'effrayait pas, t'en sourcillait même pas, tant tu avais l'habitude. Voir des personnes qui apparaissaient et disparaissaient, s'était ta routine. Et ils avaient tous disparu, sauf une. Une femme aux longs cheveux noirs, qui restait à table, tranquillement, à manger une fraise. Une erreur venant de la sorcière? T'en était pas si sûre. Et cette dernière, reprenait alors soigneusement ta canne que t'avais posé au sol, et te la tendais.
"Et si on commençait, mademoiselle Griffin..?"




T'avais accepté, sans trop savoir ce qui t'attendais. Mais autant commencer maintenant, et voir ce que ça allait donner. Alors tu t'étais levé, et tu l'avais suivi. Le fait de t'être assise un moment avait pu reposer ta jambe, tu n'avais donc pas de mal à la suivre. C'est lorsque tu quittais la pièce que tu regardais une dernière fois derrière toi. Il y avait toujours cette femme aux yeux bandés à table, et elle t'esquissais un sourire malicieux. Pourquoi est-ce qu'elle restait..? Et tu ne cessais de sentir toute ces présences autour de toi. Tu t'étais posé cette question. D'où venais tout les invités qui avaient été à cette table?
Qui étaient-ils? Ils étaient si nombreux, aux ordres de la sorcière... Et tu les sentais encore à l'intérieur de ce manoir. Qui t'observais encore. Sans arrêt. Et elle t'avais guidé jusqu'à l'étage, t’entraînant dans une chambre. Une chambre tout aussi belle que le reste du manoir. Fidèle. Elle était toute aussi grande et classe que ce que tu avais pu voir, mais aussi sombre. "Qu'est-ce qu'on fait là?" S'était plutôt ... Glauque. Qu'elle te ramène dans une chambre. La sorcière esquissait alors un sourire. "Hé bien, je pense que cette épreuve serait la plus simple pour vous, et ça vous donnera une idée." Tu fronçais les sourcils, intriguée, avant que la porte de la chambre ne se claque soudainement derrière toi. Mais tu ne sursautais pas, tant t'avais l'habitude. "Je vous écoute." La blonde commençait alors, tout en marchant dans la chambre. "Vous n'êtes pas seule dans votre vie. Vous la partagez avec quelqu'un que vous aimez passionnément, n'est-ce pas?" Tu hochais la tête, silencieuse. Mais t'espérais qu'elle n'allait pas mêler Hayley à tout ça. "Je l'ai senti chez vous dès que vous êtes rentré. Votre coeur est totalement pris de cette femme. C'est... Plutôt beau. Je vous souhaite que ça dure." Elle installait alors une chaise au milieu de la chambre. Pourquoi est-ce qu'elle te parlait d'elle? "J'espère qu'elle ne vous en voudra pas pour cette épreuve. Ou... Que vous flancherez." Elle se mettait alors derrière la chaise, tenant la dossier, et te faisant signe de t'asseoir. T'haussais un sourcil, mais tu le faisais,  et une fois assise, elle te prenais ta canne pour la poser un petit peu plus loin, soigneusement. "Avez-vous déjà entendu parler des succubes?" Tu sourcillais à nouveau. "C'est pas une espèce de démon-femme?" "Ca... C'est le mythe. Mais les vrais succubes, je suis sûre que vous en aviez déjà eu affaire..." Et alors, la sorcière leva la main, comme pour faire une signe, le visage de marbre, juste avant que tu sentes des mains se poser sur tes épaules. Doucement, et délicatement, qui te caressait presque. t'écarquillais les yeux sur le coup, puis tu sentais pas ton don que s'était un esprit qui te touchait. Ca t'en donnait des frissons désagréable. Tu ne laissais personne te toucher à part Hayley de nature, alors un esprit... Et tu sentais bien que s'était des mains de femme. "Les succubes sont en réalité un type d'esprit errant. Tu as pu le comprendre que la plupart des esprits ont une genre de "quête" à accomplir avant d'aller dans la lumière. Parfois juste des adieux, une vengeance, ou autre chose... Les succubes, leur plus grand désir, c'est d'accomplir le plaisir de la chair avec la personne qu'ils ont tant aimé." Et à cette fin de phrase, tu sentais alors l'une des mains sur ton épaule descendre, te caresser, s'arrêtant juste au dessus de ta poitrine, et te caressant le torse. Et toi, t'avais même pas remarqué, parce que oui, tu savais bien de quoi elle parlait. Et s'était l'un de tes secrets, l'une de tes hontes. Alors ce n'était pas avec un simple esprit que tu avais couché, mais un succube..? Et en remarquant cette peur dans tes yeux à ce moment-là, la sorcière eu un petit rire. "Oui... Vous voyez ce que je veux dire." Et tu sentais la main continuer de glisser sur ton torse, se glisser sous ta veste, ne laissant que ta fine chemise entre ta peau et cette main, tandis que la sorcière poursuivait. "Vous n'avez pas à vous sentir inconfortable à ce sujet. Tout ceux de votre espèce ont cédé au moins une fois. Vous restez des humains." Tu roulais des yeux, mais tu restais silencieuse, ne voulant pas continuer sur ce sujet. Et ces mains qui continuaient à te caresser commencer à te déconcentrer. Tu la sentais se glisser dans tes cheveux, caresser ton cou, tes joues. "Votre pouvoir sur repose sur les sept péchés capitaux. Colère, envie, gourmandise, avarice, orgueil, paresse..." Là, tu comprenais. "Et Luxure." Alors, tu faisais sourire la sorcière. T'avais compris, que cette femme derrière toi, était une première épreuve. C'est à ce moment-là que la femme derrière toi s'était arrêté, et s'était déplacée pour se mettre juste devant toi, debout, un sourire malicieux au visage. Ses yeux étaient bandés. S'était la femme qui était resté dans la salle à manger, et qui t'avais regardé avec ce même sourire. Elle était grande, toute vêtue de noir. Mais sous sa veste de costume, elle ne portait qu'un filet, dévoilant son ventre et sa poitrine. Elle était exactement ton genre de fille. Ni trop masculine, ni trop féminine. Aux formes pas si généreuses mais tout en ayant de belles courbes, un corps parfait à tes yeux. Très peu de maquillage, pas de vernis aux ongles, pas de superflue. Tout comme Hayley d'ailleurs. Mais elle, était légèrement plus métisse, et aux longs cheveux noirs. Tu pouvais pas le nier, cette femme en face de toi, malgré ses yeux bandés, était très belle. Du genre à faire craquer la prédatrice que tu étais avant. Que tu étais avant. "C'est inutile, cette épreuve." Tu savais très bien que tu n'allais pas craquer. Ce genre de tentation, t'en avais même affaire avec des humaines, et jamais tu ne cédais. Celle que tu aimais te comblant parfaitement. "Je le sais bien, mademoiselle. Mais vous devez passer par toute les épreuves sans exception. Et ce, même si vous êtes fidèle, maigre comme un clou, que votre vie est parfaite, ou que votre sang est glacé. Vous devez passer par tout les péchés. Et ce, sans exception." Tu ne regardais même pas cette femme en face de toi. Elle t'empêchais de voir la sorcière derrière elle, alors tu regardais ailleurs, fixait le lit ou les murs. Pas parce qu'elle te faisait de l'effet, mais parce que tu t'en foutais. Hayley faisait totalement partie de toi, et cette femme pouvait même se mettre sur toi que tu resterais de marbre. Et c'est d'ailleurs ce qu'elle avait fait, s'asseyant soudainement en amazone sur tes jambes. Mais t'en sourcillais pas de honte, t'étais surprise sur le coup oui, retirant tes mains de tes jambes, mais tu soufflais en regardant la sorcière. "Sérieux..?" "Hé oui." Et la blonde s'asseya plus loin en face de toi, sur un siège. "Amuse-toi, ma chère." Ces mots venant de la sorcière fit rire la brune, cette dernière n'attendant pas pour te regarder de ses yeux bandés, et passer sa main sur ta joue, doucement. Mais tu ne la regardais toujours pas, alors qu'elle remontait sa main à ton oreille, puis découvrait le côté rasé de ton crâne sous tes cheveux. "Oh, c'est sympa ça. Très doux..." Elle le caressait, tandis que toi, tu restais de marbre, sans lui répondre. La sorcière prenait alors la parole, détendue à regarder la scène. "Hé bien mademoiselle Griffin, si vous me parliez un peu de vous." "A quel sujet?" "Hm... Ce qui vous passe par la tête... Si vous arrivez à penser." "Vous voulez en savoir plus sur ce don j'imagine?" "Oh mais j'en sais déjà bien assez." Tu fronçais les sourcils, alors que la main de la femme sur toi se glissait sur ton corps, caressant ton ventre, puis allant sous ta veste pour aller se faufiler sur ta taille et ta hanche. Mais cela ne t'arrachais pas le moindre frisson. Ce n'était pas les mains de celle que tu voulais... "Dites-moi, comment ça se passe avec votre petite-amie?" "C'est personnel, ça." "Oh je vous en prie... Si je veux, je peux avoir réponses à mes questions comme bon me semble." Alors tu soufflais, alors que l'autre main de la femme se tenait à ta jambe, en profitant pour la caresser également. D'ailleurs, tu ne sentais aucun poids sur tes jambes, rien n'appuyait sur toi, ayant de quoi faire souffrir ta jambe abîmée. "Ca se passe bien." "Hé bien tant mieux. Et qu'en est-il... Sexuellement?" Elle t'avais vraiment posé cette question? Surement en lien avec cette épreuve, ça ne pouvait qu'être ça. Alors bon... Elle devait savoir ce qu'elle faisait. Et demandait. "Elle a tout pour plaire." "Pourtant... Vous étiez une prédatrice avant, elle doit avoir un sacré niveau pour que vous en tombiez amoureuse." A ce moment-là, la femme sur tes jambes s'était relevé, debout entre tes jambes, caressant ta cuisse abîmée, puis se tenait au dossier de ta chaise, avant de se rapprocher de toi. Elle posait son torse presque nu contre le tien, et son visage à quelques centimètres de ton cou. Tu sentais son souffle chaud, et sa poitrine contre la tienne, alors qu'elle ondulait son corps contre le tien. Mais tu ne la regardais toujours pas, tu levais la tête, regardait au ciel. Et ton corps, restait froid, cette femme ne te faisant ressentir aucun effet. Pas le moindre. "Ce n'est pas ce qu'il y a de plus important. Personne n'est égal à elle."

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tisty.forumgratuit.org
 
what's wrong.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Résolu] Erreur IE7
» The art of being a jerk
» "You think I'm like the others ? You think you know me, stupid King ? You're wrong. I hate you." - Emerald Winter.
» style converter gw7
» bob ▪ saving people, hunting things. the family business. *sorry, wrong show*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum-Test de Sandankhr. :: TEST 1-
Sauter vers: