Partagez | 
 

 fear the fever // luna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sandankhr
||- the Demon Wolf
avatar

Messages : 428
Date d'inscription : 08/11/2010
Age : 20
Personnages actifs: : 4
RPs en cours : luna(8) kara(2) winter (0) jill (2)
Pseudo : sandankhr.

MessageSujet: fear the fever // luna   Jeu 4 Mai - 11:52

fear the fever
Toute la journée, t'avais eu cette sale sensation. S'était rare qu'elle t'arrivais.
Que tu sentais qu'on te suivais, sans arrêt. Que quelqu'un te suivait. Généralement, s'était un esprit perdu qui rôdait après toi mais finissait par partir,
mais là, ça avait duré toute la journée, juste après ta répétition avec le groupe. Quelque chose te collait, te frôlait, ne te lachait pas. Tu te sentais opressée,
mal à l'aise, comme si quelqu'un était sans arrêt dans ton espace vital. Et ça te frustrais en plus de ça, parce que tu ne savais pas pourquoi, ou qui. Même tes pas avaient été lourds pendant ton trajet, et ce jusqu'à ce que tu arrives à ta chambre.
Ta chambre d'internat, de ton université. Plutôt petite, mais elle te suffisait.
Tu étais l'une des rare personnes à être seule dans sa chambre, et heureusement.
Et ça faisait quelques années maintenant que tu y vivais, tu l'avais un petit décoré. Elle était sombre, noire et blanche, avec un peu de gris. Et à ta fenêtre,
il y avait un pot de fleur, des dahlias noires. S'était une fan qui te les avait offertes après un concert. Elle avait été si gentille. Il n'y avait qu'avec tes fans que tu étais souriante et agréable, parce qu'ils te soutenaient, aimaient ce que tu faisais. Et tu vivais grâce à eux. Grâce à l'argent qu'ils donnaient pour les concerts, tu pouvais te permettre de manger mieux qu'à la cantine, t'acheter de nouveaux vêtements, aller au coiffeur plutôt que te raser toi-même les cheveux avec ta vieille tondeuse qu'un pote t'avais donné en soirée. Et puis t'avais une nouvelle guitare aussi. Une electro-acoustique, ta nouvelle merveille. Mais lorsque tu étais rentré, t'avais envie de rien, pas même de la toucher. Pourtant, ça faisait peu de temps que tu l'avais, et tu l'adorais. Non, t'avais même pas faim, t'avais juste envie de dormir. Mais ça, tu pouvais pas. Parce que t'avais peur. D'être réveillée, par quelque chose, ou quelqu'un. Ca t'arrivais parfois quand tu te couchais avant que la nuit tombais. Parce que généralement, ils venaient une fois la lune levée. C'est pour ça que les nuits te faisaient peur.

Tu t'étais assise à ton bureau, et tu t'étais mise à écrire. Un peu n'importe quoi,
tu griffonnais pour passer le temps. Des paroles pour ton groupe, qui sait. Mais tu te changeais les idées. Tant bien que mal. Parce que tu tremblais, et ce que tu écrivais était à peine lisible. Même les profs disaient que tu écrivais comme ne médecin, parce que t'écrivais vite, pour que les tremblements ne se voient pas,
mais s'était tout aussi illisible. Mais au moins un peu plus beau à tes yeux, t'avais pas l'air d'une handicapé. Et puis tu regardais ton téléphone. 18h... 19h... Le temps passait, et tu te sentais toujours aussi mal. S'était sûr, cette personne attendait la nuit pour se montrer. Allez savoir pourquoi, beaucoup étaient trop impatient quand ils te suivaient la journée. Mais plus le temps passais, et plus tu te sentais mal.
Si cette personne attendait autant pour se montrer, c'est qu'elle était bel et bien là pour toi. Qu'est-ce qu'elle voulais? Qui etais-ce?

La réponse, tu l'as eu à 21h, lorsque la nuit fut complètement tombée. Tu t'étais assise sur ton lit, nerveuse, tremblante, serrant les dents. S'était une torture...
D'avoir à les attendre, les supporter, vivre selon eux. Ça te rongeait sans arrêt.
Et d'un coup, un poids énorme s'était retiré. Comme si on t'avais enlevé des chaînes qui t'avais attaché toute la journée. Des chaînes lourdes et dures. Comme si une personne qui n'avait cessé d'appuyer sur ta poitrine, t'avais enfin libéré. D'un coup, tu te sentais mieux, et un long soupir s'échappa d'entre tes lèvres. Mais tout juste tu reprenais tes esprits, fixant le sol, que tu voyais des pieds en face de toi. Des pieds nus, et propre. Tu relevais alors ton visage, mais sans regarder la personne dans les yeux. S'était une femme, vêtue d'un grand voile noir, aux longs cheveux noirs. Elle te semblait belle. "Qui es-tu?" Avais-tu demandé, restant assise sur ton lit, et toujours à éviter ses yeux. "Tu ne te souviens pas..?" Elle avait une voix douce, calme. Tu fronçais tes sourcils à cette question, mais elle pointa alors quelque chose du doigt. Les dahlias. C'est là que tu l'avais regardé dans les yeux. Tes iris se sont alors mise à briller de blanc, dans cette obscurité. Des yeux effrayants, inhumains, morts... En face de toi, s'était cette fille. Cette fan qui t'avais offerte ces fleurs. Elle était sublime. Aux yeux bleus, des traits fins,
des cheveux brillants. Mais son maquillage avait coulé. "C'est toi..." "Alors tu es aussi belle, même en dehors de tes concerts..." Tu pouvais ressentir quelque chose d'étrange émaner d'elle. Tu pouvais sentir ce qu'ils ressentaient. La plupart du temps, s'était de la tristesse, de la colère, mais pas elle. Elle, elle te serrait ton coeur, te faisait frissonner, et te donnait... Chaud? "Pourquoi... Pourquoi tu..?"
"J'aurais voulu être l'une d'entre elles." "L'une d'entre elles..?" "Celle qui ont eu la chance d'avoir leur corps contre le tien, qui ont eu la chance de t'approcher. Très près." Tu avais des histoires d'un soir. Beaucoup. Sans doute était-elle au courant.
Mais t'avais jamais envisagé de passer la nuit avec une fan, alors quand tu l'avais eu en face de toi, vivante, t'avais pas imaginé ça une seule seconde. Même si elle était sublime. Et elle fit un pas vers toi, te faisant frissonner davantage, et faisant tambouriner ton coeur. Tu ne contrôlais rien, ton corps... Mais qu'est-ce qui lui arrivait? "Je... Je ne savais pas..." "Et maintenant que tu le sais..?" Elle avait une aura si imposante, hypnotisante, mais également douce, apaisante...  
"Je... Mais..." Tu l'as regardait, de tes yeux blancs. Passer la nuit avec un esprit..?T'étais complètement perdu, alors qu'elle, s'approchait de toi de plus en plus.
Et tu prenais peur, tu reculais. Jusqu'à ce qu'elle prenne ta main. Tu te figea et tu regardais vos mains, l'une dans l'autre, avant qu'elle ne pose ta main sur sa hanche. Tu sentais alors sa peau douce, à travers ce voile. Tu ne pouvais t'empêcher de regarder son corps. Beau, fin, envoûtant. Et sans que tu ne t'en rende compte et sans que tu ne le contrôle, tu commençais à craquer. Et elle en profitait, s'approchant de plus en plus de toi, encore et encore, jusqu'à ce que son corps soit à quelques centimètres du tien. T'étais toujours assise sur ton lit, complètement absorbée par l'aura de cette fille, tandis qu'elle se plaçait juste entre tes jambes. T'avais alors son ventre en face de toi. Tu pouvais voir son nombril à travers le voile, et sa poitrine. Et tes yeux continuaient de luirent lorsque tu relevais ton visage pour regarder le sien. Et sans que tu ne vois les choses arriver, ses lèvres se posaient sur les tiennes. Et tu répondais à son baiser,
si doux et hypnotisant à la fois. Tandis que ta main, commençait à caresser son corps.

_________________

Half
« ‘Cause I could touch a hundred thousand souls, but none of them would ever feel like home. And no matter how far and wide I roam, you’re the only one I’ll ever know. » ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tisty.forumgratuit.org
 
fear the fever // luna
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» «Fear no one» ●Soxyih
» Luna, Wang Yiyi et Park Shin Hye ♥ Avatars 200*320
» Vocaloid Addict [Accepté]
» Pullip Mania ! [Accepté]
» La Luna - Pixar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum-Test de Sandankhr. :: TEST 1-
Sauter vers: