AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 black silence

Aller en bas 
AuteurMessage
sandankhr
||- the Demon Wolf
avatar

Messages : 463
Date d'inscription : 08/11/2010
Age : 21
Personnages actifs: : 4
RPs en cours : luna(3) soraya(1), jill (1) dam (3), LTDRP (4)
Pseudo : sandankhr.

MessageSujet: black silence   Mer 13 Avr - 14:39


prologue

 







Le monde est comme ça, on y peut rien. Tous le monde en est conscient, mais tous le monde laisse cela de coté et pense que ça n'arrive qu'aux autres. Mais quand ça nous tombes dessus, c'est notre vie toute entière qui s'effondre.

Pourtant, elle faisait partie de ceux qui avaient réalisée cela, de ceux dont la mort a arraché le coeur sans aucune pitié, ainsi que l’être le plus cher de leur vie. Luna avait déjà été amoureuse. Éperdument amoureuse. De cette fille, qui avait totalement changé le cours de sa vie, mais l'avait rendu heureuse.

(résumé court avant le réel texte: Luna, étudiante en université à Londres, a eu une vie remplie d'embauches. Enfant d'une famille de bons religieux, dès son plus jeune âge, elle sortait du lot avec son style et ses façons de penser, ainsi, sa famille la mettait de côté. Elle était le fantôme de la famille. A 16ans, Luna rencontre Eden, qui devient son grand amour. Elle vit un couple parfait avec elle et ainsi, décide d'avouer sa sexualité à ses parents. Mais malheureusement, ses parents l'a renie et la mets dehors. A la rue, elle est prise sous l'aile de sa bien-aimée. Mais malheureusement, engagée dans l'armée à l'âge de 18ans, un an plus tard Eden est envoyée en mission, et ne reviendra jamais...
Ainsi, Luna deviens sans-abris, mais une université lui ouvre ses portes gratuitement en échange d'un bon comportement et de bonnes notes. Le coeur brisée et ne pensant pas pouvoir le soigner un jour, très vite, Luna se fait une réputation de coureuse de jupons, enchainant les relations d'un soir et les couples courts et qu'elle ne prend jamais au sérieux. Mais après un an depuis son admission à l'université, Luna rencontre Hayley, une nouvelle de sa classe, chanteuse et musicienne comme elle, une jolie rousse bien différente des autres. En apprenant à la connaitre, acceptant son passé et sa situation délicate, Hayley l'accepte malgré tout et tombe amoureuse, ce qui était devenu réciproque en peu de temps. La rousse avait su poncer son coeur, et même le rendre plus heureux que jamais.
Mais malheureusement, après une journée avec sa soeur ainée, lors du chemin du retour, un camion a grillé le feu rouge et a foncé tout droit sur la voiture des deux jeunes femmes. Mélissa en ai sorti paraplégique, mais Luna, éjectée de la voiture, a glissé au sol et tout le côté droit de son corps à brûlé en frottant le bitume. Les pompiers ne l'ont pas vu partir, et elle a succombé à ses blessures...)




Dernière édition par sandankhr le Dim 11 Fév - 19:29, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tisty.forumgratuit.org
sandankhr
||- the Demon Wolf
avatar

Messages : 463
Date d'inscription : 08/11/2010
Age : 21
Personnages actifs: : 4
RPs en cours : luna(3) soraya(1), jill (1) dam (3), LTDRP (4)
Pseudo : sandankhr.

MessageSujet: Re: black silence   Mer 13 Avr - 14:58


chapter I

 







Elle n'était plus la même, depuis ces dernières semaines. On n'osait plus vraiment aller vers elle, car la nouvelle avait fait le tour de l'université, et on osait à peine imaginer l'état dont elle pouvait être. La rumeur courrait même que la jeune femme avait commencé les procédures pour quitter l’université. Et son état était bel et bien atroce. Elle qui pourtant, était connue pour sa joie de vivre, son enthousiasme, son coté enfantin, rêveuse... Elle et Luna avaient fini par être le couple phare de l'université, pour l'ancienne réputation de la brune, et leur amour invincible, et ce malgré le fait que Luna avait quitté l'université il y a bien longtemps. Désormais, elle était sombre, renfermée, ne se concentrait même plus en cours et ne chantait plus. Elle passait ses nuits à rester éveillée ou faire des terreurs nocturnes, à voir Luna mourir de toutes les manières possibles. Elle l'a vu se faire renverser, se suicider par des tas de façons; une balle, une corde, un pont... Elle l'a vu assassinée aussi. Mourir dans ses bras, mourir sous ses yeux, mourir, mourir, encore et encore.... Elle la revoyait parfois dans cette boite en bois, immobile, froide, sans vie, la moitié du visage couvert par un tissu blanc. Mais si belle. Comme toujours. La nuit était devenue la pire chose pour elle...
Quant aux journées... Ce n'était pas ce qu'il y avait de mieux non plus. Elle ne sortait plus, n'arrivait plus à se concentrer en cours. Ses amis avaient beau faire des efforts pour la faire briller et oublier, ils n'y parvenaient pas. Hayley ne souriait plus, restait seule. Il lui arrivait d'écrire des paroles de temps à autre, mais le sujet était toujours même, et son coeur finissait par se serrer, et ses larmes couler. Elle ne trouvait plus de plaisir à rien, ni même chanter. Car partout, elle la voyait.

La journée avait été comme une autre, depuis qu'elle passait ses nuits seule. La jeune rousse avait passé ses cours à griffonner sur ses cahiers, ou dormir, les nuits étant compliquées pour elle. Une journée platonique, sans réel intérêt. Du moins, jusqu'à ce que la dernière sonnerie avait retenti. Car lorsque Hayley passa le portail de l'université pour rentrer chez elle, une personne particulière l'attendait devant. Une grande brune, en chaise roulante, aux cheveux brun foncé, et aux traits familiers. Ceux de Luna. S'était sa soeur ainée. Lorsque la rousse l'avait vu, son coeur avait raté un rebond sur le coup, ne s'attendant pas à la voir, et les traits de famille la déstabilisant. La grande brune l'avait approché, poussant sur ses roues, le visage tout aussi sombre que le sien, en deuil elle aussi. "Salut... Je peux te parler, une minute?" Hayley lui avait simplement hoché la tête, même pas intriguée par sa venue, elle l'avait juste suivi, silencieuse, à fixer le sol pendant qu'elle marchait à coté, ayant du mal à la regarder. Elle la connaissait déjà, s'était la seule de la famille que Hayley avait rencontrée. Les autres n'ayant plus contact avec sa petite-amie, il ne restait qu'à cette dernière sa soeur ainée et son petit frère de quatorze ans qu'elle voyait rarement. La femme l'avait guidé jusqu'à un banc, l'invitant à s'asseoir à côté d'elle. Une fois assise, l'étudiante avait sorti un paquet de cigarettes de son sac, s'en allumant une. "Tu fumes? Je ne me souviens pas t'avoir vu..." Là, Hayley lui avait jeté un regard à glacer le sang. C'est comme ça que Mélissa avait compris. Non, elle ne fumait pas avant. Mais maintenant si. Maintenant qu'elle n'avait plus vraiment de raison de rester en bonne santé, si, elle fumait. Mélissa n'avait rien relevé, n'osant plus vraiment lui demander comment elle allait. Elle fit alors court, comprenant bien la douleur de la fille, rien qu'à l'avoir en face d'elle. Sur cette chaise roulante, souvenir de cet accident dont elle a été également victime. "Écoutes, je... D'abord, je voulais m'excuser pour le comportement de mes parents, pour l'incinération, je..." La rousse la coupa, répondant froidement, tout en regardant sa fumée s'envoler après avoir soufflé sa bouffée. "Je sais que ce n'est pas de ta faute, c'est des connards depuis toujours." La brune soufflait à cela, mal pour elle. Hayley n'avait pas pu être là pour l'incinération, sa famille refusant que la petite-amie soit présente. Mélissa l'avait laissé entrer en douce pour faire ses aux revoirs, lorsque personne n'était là, mais l'incinération, elle n'y avait pas assisté. Peut-être que s'était mieux comme ça, d'un côté. Voir celle qu'elle aimait brûler, devenir poussière, n'aurait fait que lacérer son coeur davantage. "J'ai récupéré quelque chose pour toi, je sais qu'elle aurait voulu que tu l'aies..." Hayley l'avait alors enfin regardé, puis elle avait posé son regard sur sa main qui sortait de sa poche et s'ouvrait vers elle. Elle écarquilla les yeux en voyant ce qu'elle lui donnait. Le collier. Une chaîne en argent, un pendentif en forme de miroir. C'était son collier favori, après qu'elle ai fait le deuil d'Eden, elle avait abandonné ses plaques militaires pour porter ce petit miroir. Ça symbolisait sa renaissance, son nouvel amour. Elles. En le prenant, les larmes ne pouvaient s'empêcher de monter aux yeux de la rousse. Elle l'avait pris, la main tremblante, voyant son état, Mélissa réagissait: "Attends..." Elle le récupéra, lui mettant alors autour du cou, délicatement, la rousse se laissant faire, tremblante. Elle regardait le pendentif sans rien dire, la mâchoire serrée, se retenant de pleurer. "En sachant pour ce collier, c'est un petit peu... Spécial que tu en hérites. Mais... Il t'est destiné, malgré tout." "Merci... Beaucoup..." Souffla-t-elle. La brune avait alors posé sa main sur son épaule, doucement, faisant redresser la tête de la jeune femme. "Te mets pas dans un état pareil, tu as un sourire si beau, ne le gâches pas comme ça... Tu arriveras à te relever, tout comme j'ai réussi. Ca te prendra du temps mais t'y arrivera. Alors baisse pas les bras, te laisse pas dévorer comme ça... D'accord..?"

C'était si simple à dire. Mais d'un autre côté, ces paroles lui avait fait chaud au coeur. C'était sa soeur après tout, qui lui parlait. Pas une simple connaissance qui avait pitié d'elle, qui ne comprenait rien. Au contraire, elle était la mieux placé. Car c'est à ses côtés qu'elle a fait cet accident, son décès devait la ronger également, car c'est dans sa voiture qu'elle a perdu la vie, alors que elle, a perdu l'usage de ses jambes. D'habitude, la rousse ne laissait personne lui parler de ce sujet justement pour cela. Il n'y avait que ses vrais proches qu'elle acceptait. Les garçons de son groupe, sa mère de coeur, Mae, et Mélissa. Les autres, Hayley pouvait en devenir agressive s'ils ne s’arrêtaient pas et insistaient, même venant de ses amies et d'une bonne intention. Elle les voyait comme des hypocrites, ou des égoïstes, qui voulaient la voir sourire et s'amuser juste pour avoir quelqu'un avec qui passer le temps. Parce que maintenant, elle était ennuyante, c'est tout. Pourtant, certains ne voulaient réellement que son bien...

Elle était rentrée chez elle le pas lourd, sans ses écouteurs. Elle ne les avait plus, car elle préférait le silence maintenant. Hayley avait posé ses affaires n'importe où dans l'appartement. Son sac par terre, son manteau et son écharpe sur le canapé. Tout ce dont elle prenait soin maintenant, c'était ce qu'elle portait autour du cou. Elle vivait aujourd'hui dans la maison de Luna, dont cette dernière avait hérité de sa grand-mère. Même si les Griffin n'avaient pas été d'accord, Mae, qui était également une grande avocate, avait les dires sur papier de Luna avant sa mort, qui disait bien que sa maison lui revenait de droit. S'était malheureux, en sachant que la chanteuse avait cette maison depuis moins d'un an, de savoir qu'elle avait écrit son testament si tôt, malgré son jeune âge, à croire qu'elle savait qu'une telle tragédie allait lui arriver, qu'elle savait que la mort était si proche d'elle. Elle ne savait pas vraiment si ça lui faisait mal ou pas, de vivre dans cette maison. Mais Hayley savait que savoir qu'un Griffin prendrait cette maison la mettrait hors d'elle. Luna s'était tellement battue pour l'avoir aux côtés de Mae, qu'en fait, elle était la meilleure personne pour la garder et l'habiter. Ca lui faisait aussi un peu de bien, d'habiter là où tout ce bonheur avait été partagé. Elle revoyait dans le jardin leur crémaillère, ces petits repas cuisinés ensemble dans la cuisine, les moments de détente dans le salon, sous le plaid devant la télé, ces nuits d'amour dans le lit. Au moins, il lui restait ces bons souvenirs, qui parfois, lui faisait vers quelques larmes.
Elle avait regardé la télé, mangeant des restes de pâtes de la veille. Elle mangeait très peu désormais. Se nourrissait histoire de remplir son estomac et d'avoir de quoi passer la journée sans s'écrouler, mais la gourmandise, elle l'avait perdu elle aussi. Sa soirée n'avait pas été si particulière. Ayant eu quelques sms dans la journée, elle y avait répondu à la va-vite, et elle avait fait un petit peu de ménage. Heureusement, Hayley n'était pas devenue du genre à se négliger. Devenir sale, à ne plus se maquiller et s'habiller n'importe comment. Non, elle n'allait pas jusque-là, par chance. Elle restait propre, aux cheveux brillants, la maison toujours rangée et presque trop nickel. Ça l'occupait, concentrée à prendre soin d'elle et de la maison qui était désormais chez elle, au moins elle pensait à autre chose pendant un temps. C'est finalement arrivé dans les coups de minuit du soir qu'elle était allée se coucher. Elle fit son petit rituel habituel; fermer les volets, un tour à la salle de bain, éteindre tout -ainsi que son portable- et se réfugier dans ses draps. Mais dès lors qu'elle avait éteint la lumière de sa table de chevet, l'ambiance était devenue étrange. Elle avait une impression étrange, et la sensation d'un poids qui pesait dans la pièce. Elle avait froid, mais ce n'était pas le plus notable. Car la jeune rousse avait surtout l'impression d’être observée. Qu'il y avait une présence dans la pièce. Pourtant, il n'y avait personne, pas même un petit animal ou insecte. Il n'y avait qu'elle et la noirceur de la chambre. Rien d'autre. Alors bon, elle n'avait pas cherché longtemps, et puis, pour une fois, elle qui avait été si fatiguée dans la journée et qui avait eu ce coup d'émotions en rencontrant Mélissa, il ne lui avait pas fallu bien longtemps pour s'endormir. Alors tout ça, elle finit par l'oublier.

Mais la nuit fut agitée. Elle avait rêvé, ou cauchemardé, elle ne le savait pas vraiment. Il y avait ce miroir, ce pendentif. Elle le tenait dans sa main, regardait son reflet. Et soudainement, son visage était apparu. Celui de Luna. Elle avait ces longs cheveux blancs, semblable à de la neige, et elle avait cet oeil tout aussi blanc, mort, la moitié du visage balafré, brûlé. Elle la fixait, dans les yeux, d'un regard d'abord vide et sans émotions, puis elle esquissa un petit sourire en coin. Elle avait beau avoir une apparence effrayante, Hayley sentait son coeur se réchauffer en la voyant, lui souriant alors. Sourire qu'elle n'avait plus esquissé depuis l'annonce de son décès. Mais soudainement, Luna passa sa main sur le miroir, disparaissant, laissant qu'une image blanche sur le miroir, juste avant qu'il ne se brise dans les mains de la rousse. La brisure, sa disparition, la fit hurler, de peur et de tristesse, puis se réveiller, par ce même hurlement qu'elle poussait également en réalité. Son prénom.
C'était court, trop court. Elle l'avait vu en si peu de temps. Ayant à peine le temps de lui rendre son sourire, d'apprécier de voir le sien, si beau, malgré ce visage à moitié atrophié. C'était comme si, après lui avoir mis un pansement, on le lui retirait brutalement pour mettre du sel sur sa plaie.

Assise sur son lit, elle pleurait aux éclats, les images de ce rêve encore dans la tête, le coeur à vif. Ça avait été si réel, comparé à ses autres cauchemars où elle réussissait à faire la différence avec la réalité. Là, elle était complètement perdue, déboussolée... Une fois ses larmes séchées, la rousse avait regardé son pendentif, réellement identique à ce miroir dans son rêve. Mêmes forme, même couleur, mêmes broderies... Il manquait juste son visage à l'intérieur... Elle souffla longuement en le regardant. "Comment t'as fait pour continuer..." Demandait-elle, pensant à haute voix. Comment elle avait fait? Après la mort d'Eden, pour rester debout, continuer le cours de sa vie, et réussir, malgré tout, à réparer son coeur et retrouver l'amour? Est-ce qu'elle y arrivera, un jour? Elle n'arrivait même pas à se l'imaginer...
Mais peu après avoir posé cette question, quelque chose d'encore plus étrange s'était passé. On effleurait sa joue. Une caresse, douce et subtile. La caresse d'une main qu'elle connaissait bien. Mais lorsqu'elle regardait d'où pouvait bien venir cette main, les yeux écarquillés, elle ne vit que l'obscurité de sa chambre. Personne. Pourtant, elle en était persuadée, d'avoir senti quelque chose. Quelque chose de doux, une main qui effleurait sa joue, comme pour la réconforter, la soulager. Elle avait senti tellement d'amour venir de ce contact. Ce contact invisible...

Son imagination? Elle n'en savait rien. Peut-être que son manque de sommeil la faisait délirer, ou peut-être qu'un coup de vent l'avait fait halluciner. C'était possible. Mais elle avait, au fond d'elle, cet espoir que ce n'était pas l'une de ces explications stupides. Qu'il y avait bel et bien quelque chose qui l'avait effleuré. Quelqu'un. Qui avait tenté de la réconforter, lui prouver qu'il était bien là, près d'elle. Lui prouver qu'elle était là.
Étrangement, après cela, Hayley avait pu dormir. Elle avait réussi à se rendormir, et n'avait pas cauchemardé, ni fait un rêve qui la bousculerait. Elle avait simplement dormi, jusqu'au lendemain, sans aucune coupure. Un sommeil paisible qu'elle n'avait pas apprécié depuis bien longtemps maintenant. Et ça lui avait manqué. De dormir, en ne pensant à rien. Personne pour la déranger, pas d'images pour secouer son coeur si fragile, pas de pensées, de musique, ni quoi que ce soit. Juste le repos. La paix. Enfin.


_________________

Half
« ‘Cause I could touch a hundred thousand souls, but none of them would ever feel like home. And no matter how far and wide I roam, you’re the only one I’ll ever know. » ©️ Joy


Dernière édition par sandankhr le Dim 11 Fév - 17:03, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tisty.forumgratuit.org
sandankhr
||- the Demon Wolf
avatar

Messages : 463
Date d'inscription : 08/11/2010
Age : 21
Personnages actifs: : 4
RPs en cours : luna(3) soraya(1), jill (1) dam (3), LTDRP (4)
Pseudo : sandankhr.

MessageSujet: Re: black silence   Mer 13 Avr - 22:23


chapter II

 







Et elle avait bien dormi. Peut-être que ça lui avait manqué, au fond. De pouvoir dormir sereinement, et sentir son corps reposé le lendemain, et non pas encore fatigué et courbaturé, le visage cerné, les yeux gonflés de larmes... Aujourd'hui, Hayley s'était réveillée complètement différente. Bien reposée, son visage était éclairci, ses yeux bleus beaucoup plus brillants et son corps lui était moins douloureux et lourd. Cependant, les cours avaient été difficiles pour elle. Même si les professeurs et son entourage avaient l'impression que son état s'arrangeait tout doucement, c'est dès le deuxième cours que leurs idées étaient vite parties. Car la jeune femme n'écoutait rien, à s'endormir peu à peu. Elle avait le même sommeil qu'on éprouvait après avoir trop dormi. Elle qui avait dormi si peu pendant toute ces semaines si dures, cette nuit lui avait le même effet que la découverte d'une drogue. Elle voulait y retourner, dormir la tête légère, loin de ce monde si monstrueux, avec cette impression que quelqu'un veillait sur elle. Qu'elle veillait sur elle. Qu'elle était là, à ses côtés, même si elle ne l'avait pas dans ses bras. Cette nuit lui avait fait un bien fou, autant physiquement que dans son esprit et son coeur. Et revenir à la réalité une fois réveillée lui avait fait comme un poids énorme qu'on lui remettait sur les épaules...

Ainsi, elle n'arrivait à rien en cours, c'est presque si une personne alcoolisée pouvait faire mieux qu'elle. Car une personne bourrée était amusante à voir, elle, faisait presque pitié...
C'est arrivé à son cours de onze heures que l'un de ses professeurs avait agi. Sa professeur de français, ayant toujours adoré Hayley et se souvenait très bien de Luna. Elle l'avait prise à part une fois le cours terminé, après que la rousse ait fait tomber ses affaires, à les ramasser faiblement. La femme l'avait aidé, lui avait parlé, et demandé ce qui n'allait pas. Hayley n'avait rien répondu. Qu'est-ce qu'elle pouvait dire de toute façon? Cette nuit avait été trop étrange, on la prendrait pour une folle... Mais ayant bien compris que son élève était incapable de continuer la journée, elle l'avait autorisé à rentrer chez elle, en informant les autres professeurs pendant le repas. Ainsi, la chanteuse était rentrée chez elle à midi, ne sachant même pas ce qu'elle allait faire en rentrant. Rôder dans la maison, broyer du noir... S'était toujours mieux que ces salles de classe, c'est ce qu'elle se disait...

Alors elle était rentrée chez elle, sans même manger. Hayley n'avait fait qu'étudier. Du moins, comme elle le pouvait. Au moins, c'était plus agréable qu'autour du brouhaha des autres étudiants, de la voix portante des professeurs qui raisonnaient dans les pièces, et loin de ces couloirs qui lui rappelait tous ces souvenirs... Elle avait passé l'après-midi comme ça, sur son canapé, dans un silence pesant, mais agréable pour elle, à étudier. Même si elle avait eu l'impression d'avoir appris seulement quelques petites choses et étudié en soit seulement une heure à peine, tant elle pensait sans arrêt. Mais au moins, elle était chez elle, et se reposait.
C'est arrivé en fin d'après-midi que la rousse fut prise d'un grand sursaut, lorsqu'on frappa à la porte. D'abord, elle n'avait pas envie d'y répondre. Surement de la pub ou un témoin de Jéhovah. Qui voudrait la voir de toute façon? Mais finalement, elle s'était tout de même levée, au cas où, regardant par le judas de la porte. Elle voyait alors un petit métis tout vêtu de noir, souriant, derrière la porte, tendant un pack de bière, un paquet dans l'autre main. "Hey! C'est Brian! J'ai du Burger King et de la bière!"
Brian, c'était un gars bien. Il faisait partie du groupe de Luna, un de ses frères de coeur, avec les deux autres garçons, mais le seul qui avait vu toute l'évolution de la jeune femme. De sa rencontre avec Eden, son exil, son entrée à l'université, jusqu'à sa rencontre avec Hayley, et sa mort. Il faisait partie des rares personnes que la rousse acceptait, de l'entourage de Luna. Car il était l'un des seuls à ne pas être hypocrite, à avoir été réellement touché par sa perte, et qui désormais, se souciait sincèrement de la petite-amie en deuil. Il y avait aussi les autres garçons du groupe, Mélissa, Mae, et un très peu d'amis de chanteuse qui se comptaient sur les doigts d'une seule main. Tous les autres, étaient simplement tristes qu'elle ne soit plus là pour animer des soirées, ou s'amuser avec eux pour crever le temps. Des personnes qui ne savaient rien d'elle au final, et qui n'avaient jamais cherché à savoir. Des hypocrites, qui insupportaient Hayley.

Le garçon était entré, ses paquets à la main. Le premier, il le posa lourdement par terre, dans le salon, avant de retirer son manteau, puis posa l'autre sur la table basse de la jeune femme. "J'espère que tu as faim!" "Pas vraiment..." "Alors tant pis, j'vais te gaver comme une oie si il le faut!" Disait-il, souriant malgré tout. Il était tellement... Eclatant, malgré tout ce qu'il subissait. La perte de sa soeur de coeur, la fin du groupe. Parce qu'il était comme ça, à toujours chercher le bon côté des choses, faire de son mieux pour continuer. Il était une vraie boule de joie, c'est lui qui aidait également les autres garçons à se remettre. Il était le pansement, le baume au coeur, avec son si grand sourire et ses blagues à deux balles. Il savait qu'elle mangeait très peu, qu'elle avait énormément maigris en si peu de temps. Alors parfois, il passait avec de quoi manger et boire, pour tenter de la faire grossir un petit peu, et lui faire penser à autre chose en sa compagnie. Mais ce qu'il ne réalisait pas, c'est que lorsque la rousse le regardait, elle la voyait elle. Chanter sur scène, avec cette magie dans sa voix et ses prestations, cette joie de vivre et ce si beau sourire qu'elle ressentait face à la foule...
"Je t'ai ramené ce que tu aimes en plus, et en double! Double cheeseburger, double frite, double burger au bacon... Aller vient, on va s'taper un bon vieux nanar à la télé et se bourrer la gueule après. Et pour ça, faut manger, j'veux pas que tu termines aux toilettes après une bière!" Il souriait, était tout heureux de passer la soirée avec elle. Après tout, tout le monde s'était un peu éloigné après cette fameuse tragédie. Le groupe en deuil se voyait moins, car leur seul sujet devenait la chanteuse, et ils évitaient également de voir la rousse, de peur de remuer le couteau dans la plaie en faisant une gaffe et parler d'elle. Mais Hayley passait du bon temps avec le métis au bout du compte, il avait le don de savoir la détendre, la faire sourire, même si cela restait rare. Les deux amis avaient passé la soirée ensemble, à regarder un mauvais film d'horreur et discuter de tout et de rien tout en buvant les bières que le bassiste avait ramené. Et finalement, la rousse avait fini par manger tout ce que le garçon lui avait ramené. Ce dernier était devenu comme son ange-gardien, à veiller sur elle, toujours avec cette douceur particulière, avec cette présence toujours rassurante, qui faisait ressentir à Hayley ce bien-être, de savoir que quelqu'un était là pour elle. Sans rien vouloir en échange. Il était juste là, à faire attention à elle, l'écouter, la protéger, la faire sourire. Un petit ange, c'est le cas de le dire. D'ailleurs, en parlant d'ange.
Alcoolisée, et devenue un peu plus bavarde et détendue, la rousse avait fini par se confier sur ces événements étranges de la veille. Le miroir, la sensation de présence, la main... D'abord, le garçon était resté perplexe, mais ce pendant un court instant, car peu après, il avait esquissé un petit sourire. Un étrange sourire, qui intrigua la jeune femme, si perdue à ce sujet. "Tu sais, Luna a toujours cru au paranormal. Les fantômes, tout ça... C'est pour ça que la majorité de nos musiques parlent de ça. Peu après le décès d'Eden, elle m'avait confié qu'elle l'avait vu, qu'elle lui avait fait ses aux revoirs comme il se devait. Elle a jamais su si s'était un rêve ce jour-là parce qu'elle avait bu, mais je pense qu'elle a pas tout à fait rêvé. Pendant longtemps, elle me disait sentir sa présence les soirs, qu'elle croyait la voir parfois, et que souvent, ses plaques devenaient glaciales d'un coup... Et depuis qu'elle a remplacé ces plaques par le miroir, depuis qu'elle a fait son deuil en te rencontrant, plus rien. Eden était parti pour de bon." Hayley souffla à cela, à la fois surprise et choquée de cet aveu. Elle n'en avait jamais entendu parler, jamais Luna ne s'était confiée à elle à ce sujet. Et puis, elle avait toujours un petit peu de jalousie envers l'autre rousse, malgré le fait qu'elle soit décédée depuis bien longtemps. Elle l'avait écouté attentivement, et avait fini encore plus perdue qu'avant, finalement. Et si tout ça était réel? Et si une main fantomatique avait réellement effleuré son épaule? Et si... Luna était réellement près d'elle?
Le garçon était rentré chez lui en laissant la jeune femme encore plus pensive et désorientée qu'avant. Mais au moins, ses plaies étaient un peu poncées, et elle l'avait salué avec le sourire.

Il ne fallut pas très longtemps après le départ du bassiste pour que la rousse commence à se préparer pour aller se coucher. Après avoir rangé un petit peu, jeté les bouteilles et les emballages de fast-food, Hayley s'était rendue dans sa chambre. Mais dès lors qu'elle avait fermé ses volets, l'atmosphère était redevenue étrange. Froide et pesante. En repensant à ce que lui avait raconté Brian, la jeune femme avait regardé son collier, la boule au ventre, mais rien. Il n'était pas froid, et personne ne reflétait dans le miroir, comme dans son rêve, mis à part son propre visage. Alors, elle l'avait retiré et soigneusement posé sur sa table de nuit, et s'était rendu dans sa salle de bain. Elle avait pris une douche, faisant ainsi passer un petit peu les effets de l'alcool, elle qui détestait aller se coucher avec la tête qui tourne. Sous la douche, elle s'était perdue dans ses pensées, toujours au sujet de ces apparitions qui désormais prenaient toutes ses pensées... Et si l'histoire allait reprendre avec elle? Et si ce fantôme à la forme de sa petite-amie allait en fait être mauvais, lui gâcher la vie, la hanter sans arrêt jusqu'à ce qu'elle craque? Car elle était beaucoup moins forte que Luna, beaucoup plus sensible et fragile... Et à ces pensées, son estomac commençait à se tordre, de peur.
Sortie de la douche, une fois habillée, elle termina en se brossant les dents et se démaquillant. Et à toutes ces pensées qui se bousculaient dans sa tête, une fois démaquillée, elle souffla longuement, la main sur ses yeux, se les frottant un instant pour tenter de penser à autre chose. Mais là, quelque chose d'encore de plus étrange avait commencé à apparaître. Elle avait commencé à sentir à nouveau ce contact, doux et subtil, juste sur sa main posée sur son lavabo, comme si une autre la lui caressait. Directement, Hayley avait alors rouvert les yeux, fixant son miroir. Et là, ses yeux s'écarquillèrent. Car lorsqu'elle regardait son miroir, il ne reflétait pas seulement son visage et son corps, mais également elle. Luna était juste derrière elle, sa main sur la sienne. Beaucoup plus grande, vêtue d'un costume ouvert dont le corps de la rousse cachait sa peau nue. Ses cheveux étaient blancs neige, lâchés, aux côtés du crâne soigneusement rasés, son oeil était aveugle et le côté droit de son visage brûlé, comme dans son rêve. Doucement, elle s'était mise contre elle, la rousse sentant son corps contre son dos. Luna lui souriait, tendrement, et restait silencieuse. Elle la regardait juste, le regard toujours autant rempli d'amour, lorsqu'elle la regardait, comme avant, mais avec un oeil vide. Puis elle avait regardé leurs mains, l'une sur l'autre, son sourire s'agrandissant. Ainsi, Hayley détourna le regard elle aussi pour regarder leur main, mais lorsqu'elle les avait regardées, elle ne vit rien d'autre que sa propre main, seule. Et en regardant à nouveau le miroir, plus rien. Juste elle. Seule.
Elle avait disparu.

Un rêve? Une hallucination? L'alcool? ... La réalité? Elle n'en savait rien. Pourtant, elle l'avait senti. Sa main sur la sienne, son corps contre son dos, et même ses cheveux sur son épaule. Ses cheveux étrangement blancs, son visage abîmé. Comment elle aurait pu halluciner tout ça?
Arrivée dans sa chambre, complètement perdue, le ventre crispé et le coeur battant la chamade, elle se hâta pour aller boire un verre d'eau, tentant de faire passer davantage les effets de l'alcool. Mais en allant dans sa chambre, son coeur rata un battement lorsqu'elle entendait ce bruit étrange retentir dans la maison. Ce bruit qui venait du salon. Elle descendait les escaliers, tremblante, découvrait alors la télé allumée, elle qui pourtant avait pris soin de l'éteindre avant d'aller se doucher. Elle grésillait, de la neige apparaissait sur l'écran. Pourtant, la neige n'existait plus depuis des années, depuis que les écrans plats étaient sortis. Mais non, elle grésillait comme les anciennes télé, le bruit de la neige retentissant dans son salon, fortement. Apeurée, Hayley s'était dépêché de l'éteindre, la maison retrouvant à nouveau son silence. C'est à ce moment-là qu'elle avait réalisé.

Tout ça n'était pas des hallucinations, ni des rêves. S'était bien réel, quelque chose se passait, quelque chose ou quelqu'un était près d'elle. Un fantôme? Un ange? Un démon? Luna..?
Reste à savoir si cela était mauvais ou bon, et si la jeune femme ne devenait pas folle au final...

_________________

Half
« ‘Cause I could touch a hundred thousand souls, but none of them would ever feel like home. And no matter how far and wide I roam, you’re the only one I’ll ever know. » ©️ Joy


Dernière édition par sandankhr le Dim 11 Fév - 17:07, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tisty.forumgratuit.org
sandankhr
||- the Demon Wolf
avatar

Messages : 463
Date d'inscription : 08/11/2010
Age : 21
Personnages actifs: : 4
RPs en cours : luna(3) soraya(1), jill (1) dam (3), LTDRP (4)
Pseudo : sandankhr.

MessageSujet: Re: black silence   Dim 15 Mai - 22:02


chapter III / part one

 







Mais allez savoir pourquoi, comme la nuit dernière, tu as bien dormi. Un sommeil léger, paisible, doux. Tu ne t'ai pas réveillée de la nuit, même si, certes, tu n'as fait aucun rêve. Sa présence t'avait suffit. La sentir contre toi pendant que tu dormais, entendre son souffle léger, alors que le bout de ses doigts venait parfois caresser ton dos ou ton visage. T'as tellement bien dormi, ça t'avais manqué. Durant toute la nuit, t'es restée collé contre elle, et t'as plus bougé. Du moins, jusqu'à ce que ton téléphone ne sonne. Ca t'a tiré d'un moment tellement agréable, t'en soufflait alors que tu te forçait à ouvrir les yeux, t'empressant de tendre ton bras pour aller chercher ton portable sur ta table de nuit, ses vibrations contre le bois de la table étant plus que désagréable au réveil. Tu regardais d'abord quel nom s'affichait sur ton écran. "Maman". Tu décrochais, sans vraiment en avoir envie. "Allô..?" "Pardon, je te réveille..?" Elle avait la voix douce et presque timide. "A ton avis..." "Désolée, ma grande. Je t'appelais pour te dire que je m'inquiétais un peu pour toi à vrai dire... Ton frère est en ville pour la semaine, du coup je vais faire un repas. Ca me ferait vraiment plaisir que tu viennes." Tu réfléchissais, te retenant de soupirer. T'avais pas envie, mais d'un côté, t'aimais trop ta mère pour la laisser comme ça à s'inquiéter. Elle était toujours là pour toi, et tu savais à quel point les parents pouvaient être précieux. "C'est quand..?" "Ce soir, et si tu veux, tu peux dormir à la maison." T'as regardé autour de toi un court instant. Quitter cette chambre pour une nuit, être auprès de ta famille, pourrait te faire du bien, qui sait. "Je viendrais." A ce moment-là, tu pouvais entendre la joie dans la voix de ta mère, ainsi qu'un soupir rassuré: "Super! Je te prendrais de ta boisson préférée! Ton frère sera content de te voir!" Tu ne pouvais pas t'empêcher d'esquisser un petit sourire en coin, te réveillant doucement, et la joie de ta mère te réchauffant un peu le coeur. "Ça marche, à ce soir maman." "A ce soir ma chérie." Et tu raccrochais, regardant l'heure sur ton téléphone avant de le redéposer sur la table de nuit. Il était dix heures du matin. Ça faisait bien longtemps que tu n'avais pas fait une telle grasse matinée, toi qui étais devenue insomniaque. Et d'ailleurs, t'étais pas devenue insomniaque pour rien. Parce que t'avais froid maintenant, parce qu'elle n'était pas à tes côtés, pas contre toi. Tu fronçais les sourcils et tu regardais à côté de toi. Rien. Alors tu te redressais d'un coup, écarquillant les yeux, tout en fixant cette place vide à côté de toi, dans ton lit. Votre lit. Merde, pourtant tu te souvenais de son contact cette nuit. Tu te souvenais très bien de sa main dans tes cheveux, de ses caresses, son souffle à ton oreille, son corps maigre contre le tien. Merde, s'était un rêve? Pas possible, s'était beaucoup trop réaliste.
Et puis tu te souvenais de la veille. De ce moment face au miroir, où tu l'as vu. Elle avait bien été là, derrière toi, à te sourire, poser sa main froide sur la tienne. T'avais pas rêvé, t'en étais sûre, s'était bien elle. Toi qui n'avais jamais vraiment cru aux esprits, tu ne te posais même pas la question pour ce que tu avais vu hier soir. S'était beaucoup trop réaliste, t'avais jamais eu d'hallucination en étant alcoolisée, et puis... Comment ta tête aurais pu inventer tout ça? Avait-elle été là, également, pendant que tu dormais? C'est grâce à elle que tu dormais aussi bien? Pourquoi? Pourquoi maintenant? Et quel était son but? Seulement veiller sur toi? Tu passais tes mains sur ton visage et tu soufflais, puis tu regardais à nouveau cette place à côté de toi. "Pourquoi tu fais ça..?"



chapter III / part two

 







Post hoc impie perpetratum quod in aliis quoque iam timebatur, tamquam licentia crudelitati indulta per suspicionum nebulas aestimati quidam noxii damnabantur. quorum pars necati, alii puniti bonorum multatione actique laribus suis extorres nullo sibi relicto praeter querelas et lacrimas, stipe conlaticia victitabant, et civili iustoque imperio ad voluntatem converso cruentam, claudebantur opulentae domus et clarae.

Itaque tum Scaevola cum in eam ipsam mentionem incidisset, exposuit nobis sermonem Laeli de amicitia habitum ab illo secum et cum altero genero, C. Fannio Marci filio, paucis diebus post mortem Africani. Eius disputationis sententias memoriae mandavi, quas hoc libro exposui arbitratu meo; quasi enim ipsos induxi loquentes, ne 'inquam' et 'inquit' saepius interponeretur, atque ut tamquam a praesentibus coram haberi sermo videretur.

Intellectum est enim mihi quidem in multis, et maxime in me ipso, sed paulo ante in omnibus, cum M. Marcellum senatui reique publicae concessisti, commemoratis praesertim offensionibus, te auctoritatem huius ordinis dignitatemque rei publicae tuis vel doloribus vel suspicionibus anteferre. Ille quidem fructum omnis ante actae vitae hodierno die maximum cepit, cum summo consensu senatus, tum iudicio tuo gravissimo et maximo. Ex quo profecto intellegis quanta in dato beneficio sit laus, cum in accepto sit tanta gloria.


_________________

Half
« ‘Cause I could touch a hundred thousand souls, but none of them would ever feel like home. And no matter how far and wide I roam, you’re the only one I’ll ever know. » ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tisty.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: black silence   

Revenir en haut Aller en bas
 
black silence
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Darker than Black
» carte grece sur nuvi 255 BLACK
» CM Storm Sniper Black Edition + EVGA X58 Micro
» FS- (3) WD Caviar Black 1 TB 32MB SATA 2
» [Undernews] Crack no-cd : Call of Duty Black Ops 2 déjà piraté, attention aux malwares !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum-Test de Sandankhr. :: TEST 1-
Sauter vers: