AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Zalarah "Zal" Aheri.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sandankhr
||- the Demon Wolf
avatar

Messages : 407
Date d'inscription : 08/11/2010
Age : 20
Personnages actifs: : 4
RPs en cours : luna(7) lex(2) kara(2) erika(2)
Pseudo : sandankhr.

MessageSujet: Zalarah "Zal" Aheri.   Dim 5 Jan - 12:41


☇ Pseudo sur le net : Sandankhr
☇ Votre age : 16ans
☇ Vos Passions : Musique & Art du Corps.
☇ Vos impressions sur le forum : Beaucoup trop de choses à suivre avant même d'être validé, en plus c'est assez compliqué quand on ne connaît pas si bien le forum, c'est un peu dommage parce que ça peut freiner les nouveaux membres. Mais sinon le fo' est beau et soigné, c'est agréable, et il y a une bonne ambiance.
☇ Comment avez-vous connu le forum : Annuaire des forums.
☇ Le code du règlement : Il est temps de voir plus grand pour gouverner le monde.
☇ Avatar : Yasmine Yousaf
☇ Crédits : Bannière 1 & 2 (c) tumblr



Zal


☇ Date de naissance : 08 Juillet 1994.
☇ Lieu de naissance  : Meknès, Maroc.
☇ Âge  : 19ans.

☇ Type de Loup-garou : Par morsure.
☇ Couleur du pelage :  Noir au bout de la patte avant gauche chocolat.

☇ Place dans la meute :  Membre de la meute.
☇ Meute D'origine :  Écossaise.
☇ Ancienneté dans la meute :  Trois ans.

☇ Caractère : Attachante - Amusante - Fidèle || Vulgaire - Impulsive - Flemmarde.
☇ Métier : Serveuse le jour, DJ la nuit.
☇ Lieu d'habitation : Glasgow.


Jahan Aheri

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Sa soeur aînée, séparée de quatre ans d'écart, Zal ne la considère non pas comme une simple soeur, mais comme un mentor, la personne qu'elle admire le plus qu'elle considère également comme sa seule famille, cette dernière l'ayant "exilé" pour sa lycanthropie. Elle l'aime à un point pas possible, serait capable de (se) tuer pour la protéger; capable de tout pour elle.
Au départ, la grande marocaine avait été effrayé par son pouvoir et ne lui avait plus parlé pendant près de deux années entière, jusqu'à ce que finalement elle se sente coupable et finit par la rechercher, Zal pensant qu'elle aussi l'avait totalement effacé de sa vie, et pourtant, c'était tout le contraire...
Aujourd'hui, les deux jeunes femmes se parlent comme avant, en douce de leurs familles malgré tout, Jahan étant obligé de prétendre ne plus avoir de contact avec sa cadette.
Inséparables et reliées par un lien semblable à ceux de jumeaux, quelque chose de très fort les lie toute les deux, et ce n'est pas prêt de se briser.

     

Soren Lawhorn

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Sa meilleure amie. D'abord rencontré lors des alliances entre les loups-garous et les métamorphe, Soren est une métamorphe lynx très vite devenue simple amie de la marocaine. Mais c'est quelques années plus tard que Zal l'a trouve également à son travail, c'était la première fille qu'elle avait dragué -ne se retenant plus vis-à-vis de la meute qui ignore sa véritable sexualité-, et pourtant la dernière de la boite qu'elle s'était tapé. Cette jeune blonde a dès le départ eu le don pour remballer la marocaine comme il le devait, dans les règles de l'art, on ne pouvait pas dire qu'elle se laissait faire. Mais elle avait fini par craquer, ne pouvant nier qu'elle trouvait la marocaine à son gout. Elles étaient donc d'abord sex-friends, mais très vite, elles avaient apprit à se connaître pour finalement devenir inséparable.
D'un caractère très fort, elle est celle qui arrive à la raisonner sans se prendre la tête: par un grand coup de pied au cul, et ça marche. Encore plus vulgaire qu'elle t au sang bouillant, Soren est bien la seule femme capable de mettre Zal à ses pieds sans la faire broncher. La blonde et la métisse, le chien et le chat... Pourtant, allez savoir comment, elles s'adorent.
Soren possède une soeur jumelle, étant l'un de point faisant qu'elle et Zal soit proche, la marocaine ayant presque la même relation avec sa soeur.
Elles passent le plus clair de leurs temps ensemble, vivent même en colocation dans le même appartement. Soren est au courant de la lycanthropie de la marocaine mais s'en fout royalement, du moment que ses griffes ne l'a touche pas. C'est bien l'un des points que Zal adore chez elle d'ailleurs.





C'est pas les fous les pires.




    I. LE MAROC.

Une enfance plutôt tranquille, Zal vous le confirmera elle-même. Elle avait la belle vie, auprès de ses parents et sa soeur aînée. Cette dernière avait quatre ans de plus qu'elle, et dès sa naissance un lien très fort les unissaient toute les deux. Elle se nommait Jahan, et c'est elle-même qui a très vite commencée à la surnommer "Zal", le surnom lui restant encore aujourd'hui, presque vu comme un nouveau prénom. Car oui, déjà petite, quand une personne lui demandait son prénom, elle répondait vivement "Zal", fière de ce surnom si particulier qui ne choquait pourtant personne, oeuvre de sa grande soeur. Depuis toute petite, elle l'admirait, passait le plus clair de son temps à ses côté, c'est Jahan qui lui a appris une grande partie des choses qu'elle sait aujourd'hui, et c'était même elle qui s'occupait plus de son éducation que ses parents. Elle est sans doute la personne la plus important aux yeux de Zalarah, aujourd'hui encore...
D'ailleurs, en parlant de ses parents, ces derniers étaient assez pauvre. La petite famille vivait dans une maison étant loin d'être de luxe, le père était marchant dans un zouk, la mère s'occupait de champs de légumes, et c'est de leurs travail demandant beaucoup de leurs temps que Zal et sa soeur passaient énormément de temps ensemble. Ils étaient pauvre, les filles voyaient peu leurs parents, mais ils étaient heureux.

Dès qu'elle fut entré à l'école, Zal n'avait pas attendu pour montrer qu'il elle était. Elle se laissait vivre, se fichait royalement de savoir si elle allait réussir ses études ou non... Alors elle mettait le bordel.
Elle n'obéissait à personne, devenait insolente et parfois même violente si on osait se mettre sur son chemin. Toutes crasses possible, elle les faisait, sans retenue.
"Les conneries sont là, à attendre que tu les fasses. Si tu les fait pas, tu passes forcément pour une couille molle."
C'est ce qu'elle pensait.
Elle était ce genre de fille que tout le monde aimait, pour sa gentillesse, son côté amusant et je-m'en-foutiste, tout en étant sérieuse pour ses amis. Pour ça, on l'adorait et ses amis étaient nombreux, mais rare étaient ceux osant l'accompagner dans ses conneries. Elle passait le plus clair de son temps dehors, soit avec ses amis, soit avec sa soeur. Un chien errant, c'est comme ça que les voyait ses professeurs et les habitants de son village; toujours à roder un peu partout, dans le seul but de vivre.
Cependant tout cela avait un prix, et il serait fort mal placé de ne pas dire que Zal c'est vu renvoyé de deux écoles. C'est à ses 14ans, après avoir été renvoyé de sa deuxième école que ses parents ont commencé à serrer le collier. Ils la disputait, la punissait, jusqu'au jour où elle prit la plus grosse raclée de sa vie par son père qui fit les deux en même temps avec en prime une gifle bien placé. C'est à partir de là que la petite métisse a réellement commencé à se calmer, du moins, poser ses propres limites.
Sa soeur se fichait assez de ce que sa cadette faisait de ses études. Elle la voyait sécher, fumer, voler, mais elle ne relevait rien. Elle l'avait déjà fait comprendre, que ce soit à Zal qu'à ses parents: ce n'était pas sa vie, elle n'avait pas à s'en mêler. C'est pourquoi elle se contentait seulement de la conseiller, car il fallait le dire: Jahan n'était pas un fille model, loin de là. Et tout les conseils qu'elle donnait à sa soeur, sa soeur les suivait. Cette dernière la voyait non seulement comme une grande soeur, mais aussi comme un mentor et un model, c'est pourquoi chaque conseils qu'elle lui donnait lui était précieux, et elle les suivait, sans broncher, sachant qu'elle avait raison.
Sa vie était plutôt tranquille, Zal vivait sa vie au jour le jour, aux côtés de sa soeur et ses amis. Certes, ses études étaient presque fichu en l'air, mais le principal pour la petite métisse était de vivre sans retenu, et sans s'embêter. Alors elle était heureuse, tout simplement.

Mais cette vie qu'elle s'était faite, ses habitudes, ses petits bonheur, tout ça allait être brisé. Car il leurs fallait déménagé, et bien loin du Maroc. Le père avait trouvé un travail bien plus intéressant en Ecosse, décidant sans plus tarder d'y emménagé. Malgré le désaccord et deux filles, les longues disputes et la grande colère de Jahan -cette dernière étant en couple avec un marocain depuis bien longtemps déjà-, la décision était prise et la famille partait. Occasion pour Zal de mettre un dernier grand bordel dans son école certes, mais elle fut tout de même très affecté par ce départ, attristée de devoir faire ses adieux à ses amis, et à ce pays qu'elle adorait tant.
De plus, elle était loin de s'imaginer à quel point sa vie allait changer...


    II. UNE AUTRE VIE.

Arrivée en Ecosse, Zal s'était très vite rendu compte que sa vie allait prendre un angle complètement différent. En effet, il y avait déjà ce premier point qui lui était très vite arrivé; lorsqu'elle est entré à l'école. En tant que nouvelle, Zal était plutôt mal vu, mais elle était aussi victime d'insultes et de moqueries pour son côté garçon manqué, mais surtout pour sa peau métisse. De plus, elle apprenait encore la langue et possédait un fort accent marocain (qu'elle a aujourd'hui complètement perdu, mis à part pour quelques mots qu'elle a encore du mal à prononcer). Mais tout ceux qui osait rire d'elle était loin de se douter de qui elle était, car n'importe qui de son ancienne école les auraient prévenu; elle était loin d'être une fille comme les autres. Et dès les premières insultes, Zal n'avait pas attendu pour se faire respecter. De sang chaud, elle perdait vite patience, allant même jusqu'à se battre pour leurs faire comprendre. Il ne fallut pas près de deux mois pour que l'école toute entière finit par comprendre qu'il ne fallait en aucun cas se frotter à elle... Tout de même timide de ce nouveau "monde", Zal n'osait pas se défouler comme elle le faisait au Maroc, restant alors une élève plutôt sage, mais toujours aussi paresseuse du moindre effort pour ses études. C'est finalement au bout de cinq mois qu'elle réussi à prendre ses aises et ses habitudes, traînant tout de même un peu moins dehors qu'avant, la ville lui faisant toujours un peu bizarre. Et c'est au bout de ces cinq mois, peu après que la jeune métisse ait atteint ses seize ans, qu'il y eût cette nuit si particulière, qui allait totalement changé la vie de la métisse; la nuit de sa morsure. Cette nuit, si importante dans la vie de Zal, a même été marqué dans sa peau, cette dernière s'étant faite tatouée la date de sa morsure le côté de son cou. Un cadeau certes, mais qui lui a également apporté bien des malheurs et des changements...

Après ces quelques mois passé à prendre ses repères et ses habitudes, la jeune marocaine s'était trouvé un endroit préféré, là où elle pouvait se détendre, penser à tout et à rien et rêver sans qu'on l'interrompt: la forêt. Elle s'y rendait même la nuit sans réellement avoir peur, malgré toute les rumeurs qu'elle entendait, disant que des créatures surnaturelles s'y baladeraient. Mais elle aurait dût écouter ces personnes, elle qui en fait toujours qu'à sa tête.
Il devait être dans les alentours de huit heure, la nuit était bien tombée et Zal s'était tranquillement installée au pied d'un arbre, là où la pleine lune pouvait l'éclairer. Elle écoutait de la musique, le casque sur la tête, à rêver tout en regardant autour d'elle, jusqu'à ce que soudainement, une grande silhouette à quatre pattes la fit se relever en sursaut. Curieuse, elle laissait la silhouette s'approcher d'elle pour pouvoir enfin voir, lorsque la bête fut assez proche d'elle, un grand loup au pelage luisant lui faisant alors face... En le voyant s'approcher d'elle, elle était fascinée, comme hypnotisée, demandant même si elle devait le fuir ou rester, pouvant voir comme une conscience dans les yeux de l'animal. Mais la question ne s'était pas très longtemps posé, lorsque la métisse vit soudainement le loup grogner et s'élancer vers elle, si vite qu'elle n'eut pas le temps de réagir, la bête étant déjà sur elle. Elle se débattait, alors que le loup la plaquait au sol, ayant déjà le sentiment qu'elle allait y rester. Mais il n'avait fait qu'une chose; la mordre. Et c'est après lui avoir méchamment mordu le bras qu'il s'en était allé, comme si de rien n'était, comme ça...

Elle était rentré chez elle sans rien dire, prenant soin de sa blessure toute seule, mais avait passé l'une des pires nuits de sa vie. Elle avait mal, avait l'impression qu'un venin étrange s'écoulait de son bras jusque chaque partie de son corps. C'est le lendemain, après avoir réussi à s'endormir une petite heure, qu'elle décida d'en parler à sa soeur, mais c'est une fois le bandage retiré, que les deux filles put voir un bras niquel, sans la moindre petite éraflure. Sa soeur pensait qu'elle avait rêvé, personne ne l'a croyait, et finalement, Zal passa à autre chose. Mais depuis cette morsure, toutes ses nuits lui était désagréable. Elle avait la vision des yeux de ce loup qui lui revenait ainsi que la douleur de sa morsure, elle en devenait malade, avait pratiquement peur de s'endormir et faisait tout pour rester éveillé. Sa famille remarquait qu'elle n'allait pas bien, mais elle ne disait rien, sachant qu'elle n'allait pas être prise au sérieux. Alors elle avait fait des recherches, sur les risques des morsures de loups, et il y avait toujours ce même résultat: la lycanthropie. Elle n'y croyait pas, du moins ne voulait pas, alors elle faisait tout pour tout mettre de côté, mais il y avait toujours ces nuits pour tout lui rappeler. Et puis il y avait aussi ces moments étrange, différent, lorsque par exemple, on l'énervait beaucoup trop au lycée: elle perdait les pédales et se sentait capable de tuer la personne, allant jusqu'à se battre violemment, elle qui était flemmarde et incompétente en sport était devenue l'une des meilleures, et il y avait aussi ce point qui la dérangeait le plus; sa douleur au bras qui ne cessait jamais. On la cognait, elle avait mal, elle forçait trop, elle avait mal... Et tout ça elle le sentait toujours au même endroit; là où elle s'était fait mordre, comme si la plaie était toujours là, invisible.
Et toutes ces choses étrange qui s'accumulaient encore et encore, fut expliqué en une seule nuit. Cette nuit...

Elle avait eu des nausées et des maux de tête toute la journée, sa fièvre montait et son corps tout entier lui faisait mal; ses os, ses muscles, et surtout sa morsure. Ses parents pensaient qu'elle faisait semblant pour ne pas aller à l'école, mais Jahan était la seule à la croire, prenant soin d'elle alors que ses parents étaient parti de la maison, indifférents. Durant toute cette journée, Zal avait peur, à cause de tout ce qu'elle avait lu sur la lycanthropie, y croyant de plus en plus, et c'est lorsqu'elle avait appris que la nuit qui allait arrivé était une nuit de pleine lune, qu'elle s'était réellement inquiété. Cependant, sa soeur refusait de la croire, pensant à de simples règles douloureuses. Elle s'en était disputé avec elle, allant jusqu'à la supplier de la croire, mais rien. Alors, malgré ses douleurs, la jeune marocaine était sorti de la maison, se rendant jusqu'à la forêt où elle avait été mordu. Pourtant, cette forêt l'avait pratiquement traumatisée après la nuit où elle s'était fait mordre, mais elle pensait être le seule endroit où elle pourrait être tranquille, au cas où elle venait à se transformer...
Plus la nuit commençait à tomber, plus ses douleurs s'amplifiaient. Elle en pleurait, espérait qu'elle n'allait pas changer de forme. Mais ses espérance étaient vaine, car c'est lorsque la nuit fut complètement tombée et que les rayons de la pleine lune éclairait toute la forêt, elle n'était plus la même. Elle était louve.
Elle souffrait le martyre; ses os se brisaient, sa mâchoire et muscles changeaient de forme, sa colonne vertébrale s'allongeait... Et tout ça, elle le sentait en elle, un par un, en détail. Sa peau la brûlait, elle l'avait l'impression qu'elle collait à son corps comme un film en plastique qu'on lui aurait posé sur la totalité de son corps. Alors elle l'avait arraché, pouvant ainsi voir ce pelage noir qui s'était formé sous sa peau...
Elle avait sans doute passé la pire nuit de sa vie. Elle avait mal, elle ne contrôlait même plus son corps, ses émotions, elle ne pouvait que voir à travers les yeux d'une bête, la bête qu'elle était devenu.

Après cette nuit, Zal n'était plus la même. Elle était sombre, renfermée, ne souriait même plus, sa soeur savait bien qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas sa cadette ne disait rien, sachant que personne ne la croirait, et même si se serait la cas, elle risquerait de devenir un chien en cage, ou une bête de foire, c'est pourquoi elle ne disait rien...
Elle avait repris l'habitude d'aller dans la forêt, découvrant les nouvelles capacités que lui offrait sa lycanthropie. La force, l'agilité, la rapidité... C'est au bout de quelques mois seulement que la marocaine réussi à bien voir son côté animal, pour tout ces bons côtés qu'elle mettait en avant dans sa tête. Mais il y avait toujours ces mauvais points qui lui étaient assez dangereux. Notamment le fait qu'elle avait beaucoup de mal à se contrôler lorsqu'on l'énervait, et ces moments là étaient nombreux. Sa famille, ceux qui tentait de la rabaisser au lycée, certains se rendaient compte que quelque chose n'allait pas chez elle. Mais il y avait également ce point assez particulier qu'elle avait commencé à ressentir quelques temps après sa première transformation. Comme des pulsions, un soudain manque, de l'attirance... Tout simplement du désir, du besoin sexuel. Mais Zal avait ce petit "hic" qui la différenciait sans doute des autres loups, car même en tant que femme, ses attirances se dirigeait par la gente féminine... Cela dit, ce n'est pas pour autant qu'elle ne se laissait pas vivre, enchaînant alors les relations -qui ne durait généralement pas plus d'un mois-, les histoires d'un soir tout en assumant sa sexualité. Elle ne l'avait seulement caché à ses parents, pouvant ainsi faire entrer les filles chez elle sans aucuns problèmes, Jahan l'ayant acceptée sans problèmes, étant elle-même quelque peu attiré par les femmes. On ne pouvait rien y faire après tout.
Ses transformations lui faisait toujours aussi mal, ainsi que son bras mordu qui était devenu fragile. Encore aujourd'hui, ce bras lui fait mal lorsqu'on le lui serre, qu'elle force trop dessus ou qu'elle se cogne dessus, pour une raison qu'elle ignore toujours. Surement parce que c'est cette morsure qui aura changé sa vie à jamais...

// Malgré son jeune âge, il arrivait à la marocaine de passer des soirées dehors, soit chez des amis, ou alors dans des boites de nuits, ses parents ne faisant même pas attention à elle. Et un soir, quelques mois seulement après son entrée dans la meute, que Zal avait été tentée par sa curiosité, se rendant alors à la boite de Wolfheaven, une ville réservé aux loups-garous qu'elle avait put découvrir un jour par hasard. Elle ne connaissait personne, voulait rencontrer d'autres loups tout en s'amusant. Mais elle était arrivé au mauvais endroit au mauvais moment...
La soirée s'était bien déroulée au départ, jusqu'à ce que des vampires approchèrent un petit peu trop les loups. Très vite, la boite était devenue une boucherie. Le sang coulait, des lycans, des vampires, et même des humains perdaient la vie devant les yeux de la jeune louve. Elle ne s'était jamais battu contre un vampire, ne savait même pas comment si prendre ni quoi faire, de plus, elle ne connaissait personne. C'est pourquoi elle avait tout simplement pris la fuite sans que personne ne l'a remarque, rentrant chez elle le coeur battant de peur. C'était la première fois de sa vie que Zal avait eu aussi peur. Avoir vu tout ce sang, ce massacre, les gens mourir sous ses yeux sans même savoir le pourquoi-comment, il lui fallut quelques jours pour s'en remettre, la louveteaux étant obligée de tout garder pour elle.
Depuis cette nuit, elle n'avait plus jamais mis les pieds à Wolfheaven avant de rencontrer sa meute, cette nuit lui étant gravé comme un traumatisme, il en est presque devenu une phobie à l'idée de revenir dans cette boîte...

Elle s'y était habituée, avait trouvé quelques moyens pour cacher cette bête en elle, Zal s'était trouvé une petite routine, retrouvant le sourire et sa personnalité d'avant. Au lycée, elle s'enfermait dans les vestiaires du gymnase lorsqu'elle perdait le contrôle de sa colère, à la maison, elle allait à la cave. Mais cette dernière cachette lui était beaucoup trop risqué, et il fallait bien qu'un jour quelqu'un la surprenne...
C'était une soir comme un autre. Les parents de la marocaine étaient sorti au restaurant, Jahan à une soirée entre amis, la louve était donc seule chez elle, devant son ordinateur ou sa télé à jouer aux jeux vidéos, Zal avait toujours apprécié ce genre de soirée à ne rien faire, seule et tranquille. Cependant, c'est durant la soirée qu'elle eût un appel inconnu, elle y avait répondu et était tombé sur un élève du lycée qui l'avait démasqué. Il disait qu'il savait tout, qu'il allait la dénoncer et lui pourrir la vie, qu'on allait finir par la mettre en cage comme un vulgaire animal. Elle ne savait pas quoi faire, ne savait même pas qui était la personne à l'appareil, alors elle perdait ses moyens et devenait folle de rage. Zal avait fini détruire son portable en le jetant au mur et, perdant le contrôle, si prise par la colère, elle s'était enfermée dans sa cave pour se défouler comme à ses habitudes.
Mais c'est alors qu'elle frappait les murs, les meubles, grondait et grognait de rage, faisant sortir toute cette colère en elle, qu'elle put soudainement entendre la porte de la cave s'ouvrir et, avant même qu'elle eu le temps de rentrer ses griffes et ses crocs, encore en train de grogner de rage, elle put voir du haut des escaliers, les yeux écarquillé, le corps tremblant, sa soeur qui n'osait même plus bouger. Cette vision, Zal l'a encore dans la tête aujourd'hui, étant sans doute l'un des pires moments de sa vie. Car après ça, Jahan l'a considérait comme un monstre. Elle l'avait dénoncée à ses parents, ne lui adressait même plus la parole, jusqu'à ce que finalement elle fut jetée dehors... Tout ça c'était passé très vite; deux jours après la découverte de la grande marocaine, Zal était dehors.
Non seulement peinée de se voir livrée à elle-même, banni par sa propre famille, elle était détruite de savoir que sa soeur l'oublie si vite, en une soirée, alors qu'elle était encore inséparable avant, capable de se dire tout et n'importe quoi sans se juger. Mais il y avait ce secret, si particulier, si étrange... C'est vrai après tout, elle ne lui avait pas caché un simple détail, tel qu'un petit tatouage qu'elle se serait fait en cachette -car même ça, Jahan le savait, et ses tatouages fait en douce étaient déjà nombreux-, non; elle était louve. Plus communément dit un loup-garou. On la pensait être une bête féroce, sans coeur et capable de tuer n'importe qui sans éprouver la moindre émotions. Et pourtant, même durant les pleines lunes, Zal n'avait jamais fait de mal à qui que ce soit... On ne lui donnait pas le temps de s'exprimer lorsqu'elle tentait de revenir à la maison, on l'enfermait dehors et c'est lorsque son père finit par la menacer de mort qu'elle fit ses affaires et s'en alla, le coeur serré.
Cela ne l'a gênait pas tant que ça en réalité. Plus de règles, de couvre-feu, de corvées... Elle n'avait plus à cacher ses tatouages -car elle avait beau n'avoir que seize ans, elle en possédait déjà un petit paquet- et sa lycanthropie, et le meilleur du meilleur; c'est qu'elle n'était plus obligé de continuer ses études. Et puis, elle avait put trouver ce dont elle avait besoin, une aide précieuse et des personnes capable de l'écouter, l'accepter comme elle était; une meute. Elle les avait rencontré par hasard une nuit où elle était transformé et, très vite, elle fut accepté et prise comme membre à part entière de la meute. Cependant, sachant que cela risquerait d'être très mal vu par les membres de la meute, la marocaine leurs cache encore sa sexualité, se contentant de prétendre ses règles lorsqu'un loup tentait quelque chose et cachant ses attirances pour les louves du clan. Ça passait, alors tout allait bien, même si elle avait tout de même la peur au ventre lorsque l'ulfric l'approchait ou qu'elle venait à parler sexe avec un loup. Même si elle ne passait pas le plus clair de son temps avec les autres loups, ne retenait même pas leurs prénoms, Zal se sentait bien à leurs côtés. Mais il y avait tout de même le manque de sa soeur qui la rongeait, le fait de savoir qu'elle la voyait comme une bête... Ça, ça l'anéantissait. Mais elle continuait malgré tout, espérant pouvoir un jour arranger tout ça...

// Elle n'avait pas assisté à ce massacre, étant en cours ce jours là, mais c'est une fois s'être rendu à la meute que la marocaine avait appris qu'un bon nombre de loups avaient perdu la vie après un grand combat contre les vampires. Elle les haïssait de plus en plus, pour cette fameuse nuit dans la boite de Wolfheaven mais aussi pour ce nouveau combat, c'est pourquoi elle avait commencé à apprendre à se battre contre les vampires, aux plus grandes joies du clan.
Zal avait également assisté à l'alliance de la meute d'Angleterre et à la contre-offensive, devenant l'une des survivantes de cette échec.
De cette guerre et du temps passé avec sa meute, elle avait put s'y attacher et s'en sentir plus à l'aise à leurs côté. Elle n'avait pas assisté aux recrutements, mais avait bien put remarquer que la meute s’agrandissait, les loups procédant de la même façon dont elle a été mordu pour accueillir de nouveaux lycans. Mais elle fut méfiante face à l'alliance avec les quatre nouvelles meutes ainsi que les métamorphes, mais elle rencontre Soren, une métamorphe lynx avec qui elle s'était très vite liée d'amitié, ce qui l'aida à faire un peu plus confiance à ces nouvelles alliances.
Préparée avec les autres de l'attaque des semi-démons, Zal s'en était plutôt bien sorti mais avait refusé de dévoré les corps une fois les semi vaincu, ne voulant pas goûter à une chair à l'apparence humaine...

    III. NOUVEAU DÉPART.

On pourrait croire qu'elle avait quitté le lycée, et pourtant non; elle s'était faite virée. Ne retenant plus, n'ayant plus le risque de se faire allumer par ses parents, Zal avait fini par se battre jusqu'au sang avec un garçon de sa classe qui l'avait un peu trop cherché, il avait atterri à l’hôpital tandis qu'elle n'avait rien, alors on l'avait renvoyée, à ses plus grandes joies.
Elle vivait en colocation avec sa meilleure amie dans un petit appartement, Zal vivait une vie plutôt tranquille en réalité. Très vite, elle s'était trouvé un travail en tant que serveuse dans un pub et, malgré la tenue obligatoire dont elle a toujours du mal à s'habituer, elle s'y était faite, y prenant presque du plaisir. Malgré la pression du travail, le patron qui l'agaçait de temps à autre, elle y arrivait... Si l'on mettait entre parenthèse le fait qu'elle s'était tapé une bonne partie des autres serveuses.
Mais il y avait aussi cet autre travail qui lui permettait de se relaxer, se détendre d'une certaine manière. C'était sa passion, la musique, c'est pourquoi après avoir rencontré un DJ avec qui elle s'était très vite liée d'amitié, elle réussi à reprendre ce travail. Elle mettait l'ambiance, certains se déplaçaient même spécialement pour la voir, on pouvait dire qu'elle faisait un carton, et sa paye le disait bien. Elle se servait de sa paye de serveuse pour son loyer, etc, et de sa paye de DJ pour ses tatouages. D'ailleurs, parlons de ses tatouages, car aujourd'hui Zal en possède sans doute une bonne quinzaine; aux bras, au cou, aux clavicules, au dos, et même aux doigts. Le plus impressionnant est sans doute celui de son dos, qui le recouvre tout entier et qui lui a coûté le plus cher; un grand tribal. Il y avait également un autre tatouage qu'on pourrait noter; ces trois étoles en dessous de la clavicule, représentant le nombre d'années passé dans sa meute. Chacun possède leurs propre signification que seul elle est au courant; un crâne transpercé d'un croc sur l'épaule gauche, une date sur le côté du cou, un triangle derrière le bras, des symboles et des mots sur les doigts... Bref, on ne pouvait pas dire qu'elle n'avait jamais goûté aux aiguilles. Son style vestimentaire suivait également; toujours en noir, des jeans déchiré, des vestes de simili-cuir, des docs... Bref, Zal avait un style bien a elle et, même en costume à son boulot, elle ne passait pas inaperçu, et elle l'assumait complètement.

Mais les années avaient beau passer, sa petite belle vie se faisait tranquillement, chaque jours la marocaine ressentait ce manque qui l'a rongeait malgré tout: sa soeur. Elle avait beau tenter de combler ce vide par la compagnie de sa meute, ses amis, les filles... Elle n'y arrivait pas, et prenait sur elle, la possibilité de la revoir étant simplement inexistante. Elle avait été bannie de la famille, ils ne voulaient plus la voir, et même elle. Pourtant, ce lien si fort qui les unissaient, presque semblable à ce lien que possède des jumeaux faisait que ce manque lui était de plus en plus insupportable, et ça se voyait. Ce côté si rayonnant et toujours joyeux qu'elle avait s'éteignait, elle devenait beaucoup plus susceptible, s'énervait pour un rien et passait moins de temps avec ses amis, préférant rester seule chez elle. Elle le sentait; elle était incapable de vivre en se sachant en mauvaise relation avec sa soeur qu'elle aimait tant, qu'elle ne pouvait plus la voir et rire avec elle, se partager ses secrets... Et visiblement, c'était de même de l'autre côté.
Car c'est au bout de quelques semaines après que Zal commençait à ressentir ce manque qu'un jour, comme par miracle, alors qu'elle sortait de son travail sur le point de sortir du pub, qu'elle vit là, assis à une table tranquillement, Jahan.
Elle l'avait cherché, avait tout fait pour la retrouver... En réalité, dès l'instant où Zal avait fait ses valises et s'en était aller de la maison sous la pression de ses parents, la grande métisse se sentait coupable, et elle lui manquait à en crever. Et cette après cette retrouvaille tant espéré que Jahan avait avouée l'avoir recherché en douce de ses parents, ces derniers ne la voyant même plus comme leurs propre fille, qu'elle était la seule à qui elle manquait réellement dans la famille, cette dernière l'ayant toujours vu comme la tache du tableau; la petite garçonne qui ne pensait qu'à vivre sa vie sans s’inquiéter de rien. Apprendre cela lui avait certes donné un petit pincement au coeur, mais en réalité, elle s'en foutait, car le plus important; elle l'avait retrouvé, et savoir que sa soeur l'aimait toujours malgré ce qu'elle a put avoir vu, malgré tout ce qu'il c'est passé et ça, ça rendait son coeur plus vivant que jamais.
Et depuis cette retrouvaille, Zal vit enfin sa vie tranquille. Aux côtés de ses amis, sa soeur, et tout ceux qui l'a font sourire. Toujours aussi vivante, elle est celle qui a le don de mettre du soleil partout où elle allait. Beaucoup le disent encore, et elle-même vous le dira:
"C'est comme si le soleil du Maroc était toujours avec moi. Alors je le partage; ce soleil qui est aussi mon bonheur. Parce que personne ne mérite de vivre dans l'ombre."



_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Half
« ‘Cause I could touch a hundred thousand souls, but none of them would ever feel like home. And no matter how far and wide I roam, you’re the only one I’ll ever know. » [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tisty.forumgratuit.org
sandankhr
||- the Demon Wolf
avatar

Messages : 407
Date d'inscription : 08/11/2010
Age : 20
Personnages actifs: : 4
RPs en cours : luna(7) lex(2) kara(2) erika(2)
Pseudo : sandankhr.

MessageSujet: Re: Zalarah "Zal" Aheri.   Sam 25 Jan - 23:00





Zalarah "Zal" Aheri


feat. Yasmine Yousaf


Identité


Date de naissance: 01/01/0001
Lieu de Naissance: Meknès, Maroc.
Nationalité: Marocaine/ Egyptienne.
Appartenance: Enfant de lune
Couleurs Préféré: Bleu
Musique Fétiche:
Religions : Athée.
Addiction: Musique.
Chiffre porte Bonheur: 8
Travail: Serveuse le jour, DJ la nuit.
Taille du compte en banque : Petit.
Citation Préféré : "Pourquoi se la péter avec nos fringues, alors que les meilleurs moments on les passe à poil!?"
Repas Favori : Cheeseburger
Taille : 1m60
Poids: 55kg
Situations familial: Exilée de sa famille, elle ne parle plus qu'à sa soeur aînée.
Pouvoirs: Lycanthropie. Elle peut également faire apparaître un fin feu noir autour de ses mains semblable à la petite flamme d'un briquet, d'où son surnom d'ailleurs: le briquet.
Particularité: Possède un bon nombre de tatouages (doigts, épaules, dos, cou...) un piercing à la narine droite et des écarteurs aux oreilles.
Personnalité: (8 lignes) Bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla.
Physique: Zal est une jeune femme plutôt petite, ni trop maigre ni trop grosse. Métisse de peau, il serait dur de ne pas remarquer ses origines africaines, cependant, aussi étonnant qu'il pourrait l'être: hé non! Ses cheveux courts sont lisses et d'un noir corbeau au naturel! Et pourtant, il y a cette curieuse tâche brune chocolat au bout de sa queue de loup qui ne sorte de nul part, tel la queue d'un renard, sans doute venant de son sang de louve d'Egypte, loup plutôt différent de ceux d'Amérique. Oui, car ces derniers sont plus fins et possèdent des oreilles plus longues qu'un loup d'Amérique, de plus, généralement leurs pelage sont noir avec une tâche grise ou brun: Zal est donc une louve noire à la tâche chocolat.
Zal est aussi le genre de personne à ne pas passer inaperçu lorsqu'elle se balade dans la rue. Garçon manquée, elle ne met jamais de vêtements trop féminin tel que des robes ou des jupes. De plus, elle s'habille le plus souvent de noir, des hauts fins malgré le froid laissant toujours voir ses divers tatouages, des ranges au pieds ou encore des Dr. Marteens... Bref, cette jeune métisse est loin d'être une fille comme les autres, et ça se voit! Et même à son travail, elle ne fait pas partie de ces femmes qui portent une jupe, des talons et une chemise décolletée, car Zal, elle, porte un pantalon et chemise boutonnée jusqu'au col, toujours accompagné de son petit veston, et pareil pour les soirées sérieuses: costard-cravate, rien de plus, toujours fidèle à son côté garconne, mais aussi tout simplement car elle n'aime pas mettre son corps en valeur à la façon d'une femme, pourtant, elle a tout les atouts pour. Sa soeur vous le dira elle-même; si vous lui ajoutez des cheveux longs, un bon maquillage et tout les vêtements qu'il faut, elle en fera tomber un bon paquet sans même s'en rendre compte! Mais non, car si elle devenait comme ça, ce ne serait plus Zal. Alors à la place elle porte des chaines, des grands débardeurs et des jeans déchirés.
Parlons désormais de ses fameuses particularités. D'abord, il y a son petit pierçing à la narine droite, le plus discret et féminin, ensuite, il y a ses écarteurs aux oreilles approchant les 10mm. Ensuite, il y ses tatouages si spéciaux les uns les autres. En tout, Zal en possède dix. Les plus petits étant sur ses mains; il y une date à chacun du côté de ses majeurs et un croissant de lune sur son pouce droit. Ensuite, il y a le portrait d'un homme au crâne à moitié squelette sur son avant-bras droit, le crâne d'une femme voilée sur le côté gauche de son cou avec une date sur l'autre côté, un triangle à l'arrière sur son bras droit juste à côté d'un crâne transpercé d'un énorme croc, une phrase écrite en marocain sur le côté gauche de son corps, quatre étoile sur la clavicule gauche et (enfin) un gigantesque tribal sur la totalité de son dos. Chaque tatouage possédant sa propre signification...
Vous l'aurez compris, Zal est loin d'être une fille comme les autres, et son physique vous le prouve parfaitement!

Opinions


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Position sur le conflit et les alliances: En réalité, Zal est un peu le petit maillon qui ne sert strictement à rien. Bannie de sa propre meute, elle vis en tant que louve solitaire, craignant les meutes et sa soeur étant la seule louve avec qui elle s'entend. Elle reste dans son coin à ne rien demander à personne, aidant les terrestres en danger lorsqu'elle en est capable, évitant tout conflit avec les autres espèces. Elle n'est plus réellement au courant de ce qu'il se passe entre les clans, que ce soit les différents meutes que les vampires, démons, etc, depuis son départ de sa meute et fait comme si elle vivait une vie normale, malgré ses transformations les nuits de pleines lunes et ses différentes tares et particularités de louve...
Précisions : Son tatouage au dos représente l'une des cultures des grands loups d'Egypte, aussi nommés les enfants d'Anubis. Lorsqu'un loup de cette espèce se fait tatouer ce type de tribal, c'est lorsqu'elle est apte à se transformer à sa guise et possède les flammes noires. Généralement, c'est un autre grand loup qui le tatoue à la personne.

Histoire


(25 lignes)Bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla..

Bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla.

Bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla.

Bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla.

Soi réel



Code du règlement: Obligatoire
Code du Groupe Obligatoire, Tu le trouvera dans le guide du groupe choisi par toi.
Pseudonyme: Sandankhr
Comment avez-vous connu ce forum: Annuaire des forums.
Age Réel: 16ans
Nombre de Mots Rpg: 250 Mots
Ancienneté dans le monde du Rpg: 5 Années
Autre chose ?: Ici



Mortal Instruments soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de


_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Half
« ‘Cause I could touch a hundred thousand souls, but none of them would ever feel like home. And no matter how far and wide I roam, you’re the only one I’ll ever know. » [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tisty.forumgratuit.org
 
Zalarah "Zal" Aheri.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum-Test de Sandankhr. :: Personnages mis de côté-
Sauter vers: