AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Waiting for Godot. || LOBA & Raphaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sandankhr
||- the Demon Wolf
avatar

Messages : 407
Date d'inscription : 08/11/2010
Age : 20
Personnages actifs: : 4
RPs en cours : luna(7) lex(2) kara(2) erika(2)
Pseudo : sandankhr.

MessageSujet: Waiting for Godot. || LOBA & Raphaël   Mar 5 Mar - 13:48

.: Waiting for Godot :.


Note: Regardez le clip avant, ça pourrait vous donner une petite image.

    Elle était là, assise sur ce cube blanc. Il n'y avait rien autour d'elle, juste... Un vide. Tout était complètement blanc; le ciel, le sable glacé qu'elle pouvait sentir sous ses pieds. Elle regardait autour d'elle, elle était perdue. Elle s'était regardée un instant, passant sa main sur ses chevilles qu'elle sentait nus. Elle était vêtue d'un ensemble blanc, une robe courte sans manches, ses cheveux étaient attachés en chignon, de plus, elle portait des talons. Raphaël avait froncé ses sourcils lorsqu'elle vit la façon dont elle était habillée, jamais de sa vie elle n'avait portée de talon et une robe si courte.
    -"Qu'est-ce que je fous là..?" S'était-elle demandée à haute voix tout en regardant autour d'elle.
    Mais soudain, elle put voir, assise au sol le dos appuyé contre son cube, une femme. Elle était de dos, vêtu de noir, ses longs cheveux brun étaient lâché. Sa chevelure était semblable à la sienne, mais bien plus sauvage. Elle la regardait, perplexe. Mais finalement la femme avait parlé, d'un ton détendu:

    -"Hey, Chica..!" Avait elle dit, tout en tournant sa tête.
    C'est lorsque la latine put voir son profil qu'elle cru halluciner. Cette femme était son sosie parfait. Les mêmes traits de visage, la même bouche, les mêmes yeux... Tel un reflet de miroir. Cependant, son regard était différent. Il était rempli de rage, de haine.

    -"Q-Qui es-tu?" Demanda-t-elle, bégayante, encore surprise de son apparence.
    L'inconnue avait alors ricané un instant avant de se relever, appuyant son avant bras sur son genou. Elle se retourna, lui répondant alors, un sourire provocateur au visage:

    -"C'est une bonne question n'est-ce pas?" Elle redressa son dos, comme pour se présenter. "Je suis tout, je n'suis rien. Je suis l'être qui n'existe pas, mais!" Elle leva son index tout en approchant son visage de celui de l'espagnole, son sourire s'agrandissant. "... Qui est bel et bien vivant." Conclua-t-elle en baissant la voix.
    Elle avait du mal à comprendre, fronçant à nouveaux ses fins sourcils tout en regardant son doublon debout face à elle. Cette dernière se redressa alors, irritée:

    -"Tu ne comprends pas, hein?
    -Pas vraiment. Qu'est-ce que je suis censée comprendre?
    -Que ta mère avait raison, pauvre idiote!" S'énerva-t-elle tout en lançant sa main.
    C'est à ce moment-là que Raphaël put voir les dents de la femme. Elles n'étaient pas normale, on aurait dit des crocs. En l'ayant remarquée, elle avait alors regardée ses mains, celles-ci possédant des ongles noirs et pointu. Des griffes. Cette femme était loin d'être humaine. Elle pensa alors à ce que sa mère pensait: était-ce un démon?
    L'autre latine avait fait quelques pas en arrière, nerveuse, Raphaël se relevant alors. C'est une fois levée qu'elle remarqua le cube où elle était assise, elle regarda alors à nouveau son doublon, l'air perdue:

    -"Mais... Où sommes-nous au juste?"
    Là-dessus, l'inconnue avait ricaner à nouveau, affichant alors un sourire sadique au visage, montrant sans gènes ses crocs acérés.
    Elle fit quelques pas en arrière, de plus en plus rapide, lui répondant alors:

    -"Tu sais quoi? Je vais t'laisser visiter, ça te fera du bien.
    -T'es sérieuse là?!" Avait-elle directement répondu, paniquée.
    -"Oh que oui! Et tu verras ce que je vis chaque jour, pendant que toi tu te la coule douce dans ton monde!" Réponda-t-elle sadiquement tout en la pointant du doigt.
    -"Attend!!" Cria-t-elle alors.
    Mais il était trop tard, la femme s'était retournée et avait passée un portail transparent, disparaissant soudainement, laissant la métisse seule dans ce vaste désert. Ce désert complètement vide.
    Elle soupira, inquiète. Regardait autour d'elle en espérant trouver une quelconque sortie. Mais il n'y avait rien, juste ce cube. Elle commença alors à marcher. Elle avait d'abord peur de ne plus avoir l'habitude des talons, pourtant, elle avait l'impression d'être dans ses chaussons. Peut-être que ce monde qui lui donnait cette impression? Après tout elle n'avait pas choisi de porter de tel vêtements. Elle enviait presque son doublon, elle qui était bien mieux vêtue à son goût.
    Elle marchait tout en regardant autour d'elle, il n'y avait rien, juste du sable et un ciel gris. Après quelques pas, elle s'était retournée, regardant l'endroit où avait disparue l'autre femme. C'est lorsqu'elle avait tournée sa tête pour regarder face à elle qu'elle vit, juste à côté d'elle, son doublon. Surprise, elle fit un pas en arrière, mais elle put très vite remarquer que la brune ne la voyait pas. Elle était comme face à un miroir, mais face à elle, il y avait tout son opposée. Elle pouvait voir le double courir, le visage remplis de rage. Ses vêtements volaient derrière elle, ainsi que sa longue chevelure brune. Raphaël pouvait remarquer dans ses cheveux une mèche rouge sang qui avait été tressée, il y en avait peut-être une signification? Elle n'en savait rien. Elle la regardait, silencieuse. Remarquant alors à quelques mètres devant elle un homme aux cheveux rose pâle, vêtu de noir et blanc, plutôt enfantin. Il jouait avec une pomme aussi rouge que le sang, la jetait et la rattrapait, de plus, l'une de ses chevilles était enchaînée et attaché au sol.
    Son visage était complètement vide, il n'y avait aucune expression. Il fixait juste le fruit, silencieux.
    Mais soudain, il vit son fruit disparaître devant ses yeux d'un geste vif et brusque. Il avait alors regardé sa main, vide, avant de relever la tête, son visage ne montrant toujours aucune expression. Il vit alors la latine face à lui, sa pomme dans la main, les crocs montrés. Il lui dit alors, d'un ton tout aussi vide:

    -"Tu ne devrais pas faire ça, louve.
    -Ah ouais? Et qui es-tu pour me dire ça, cabot?" Avait-elle répondu, d'un ton provoquant.
    Puis elle esquissa un sourire, voyant que l'homme ne répondait pas, elle reprit alors sa course, jouant à son tour avec le fruit, laissant l'homme seul. Il avait baissé sa tête, Raphaël désignant enfin une expression sur son visage: une expression déçue et triste.
    C'est lorsque Raphaël voulu diriger son visage vers la "louve", qu'elle put remarquer qu'elle avait disparu. Elle se mit à la chercher regardant partout autour d'elle, c'est lorsqu'elle dirigea à nouveau son regard vers l'homme qu'elle put constater qu'il avait disparu, l'endroit devenant à nouveau désert. Elle fit quelques pas, marchant silencieusement en regardant autour d'elle. Soudain, elle passa un portail semblable à celui que le double avec passée auparavant, un portail invisible.
    Elle vit alors le cube blanc de tout à l'heure, puis, face à elle, la latine qui marchait, le sourire aux lèvres en jouant avec sa pomme. Mais elle s'arrêta net lorsqu'elle vit Raphaël à quelques mètres d'elle. Son visage s'était transformé, ses yeux se remplissant de rage. Soudainement, elle jeta la pomme au sol, celle-ci éclatant en mille morceaux sous la force de la louve. Une force si grande, que le sol c'était mis à trembler, faisant tomber la blanche.

    -"Qu'est-ce que tu fous encore ici?!" Hurla-t-elle, folle de rage. "Tu n'as pas encore trouvée la sortie? Pourtant cet endroit c'est toi qui l'a créé, non?!"
    Raphaël ne comprenait pas, elle passa alors ses mains sur son visage avant de poursuivre:
    -"Si je vis ici, enfermée comme un vulgaire animal, ce n'est certes pas de ta faute, mais tu pourrais au moins faire l'effort de me donner une meilleure vie!! Parce que le pire, c'est que je ne peux pas sortir contrairement à toi!
    -Alors, pourquoi t'en prendre à moi?
    -Parce que si cet endroit est si vide, c'est à cause de toi!"
    Elle resta silencieuse, perplexe.
    -"Tu n'as toujours pas compris? Cet endroit est en toi, et c'est ton coeur, Raphaël!
    -Mon coeur? Comment..."
    Tout était si vide. Son coeur était de même? Elle ne comprenait pas.
    -"Tu n'as jamais aimé! Du moins, pas assez fort pour que ton coeur puisse réellement le ressentir vraiment. N'ai-je pas tort?"
    Elle restait silencieuse, incapable de répondre.
    -"Tu n'en sais rien, hein?" Elle ria un instant. "En fait, tu es bien plus horrible que moi en réalitée!!" Finit-elle par hurler. "Certaines t'ont aimée à en crever, et toi, tout ce que tu pensais c'était de les f**tre dans ton lit! Je ne dit pas que c'est mal, de désirer quelqu'un, mais tu devrais faire attention! Attention de ne pas leur briser le coeur!
    -J'ai toujours fait attention.
    -Ne te fout pas de ma gu**le, Raphaël!!" S'empressa-t-elle de lui répondre.
    Cette fois-ci, le coeur de la latine s'était serrée sous le hurlement de la louve, elle avait raison. Elle n'y avait jamais réellement réfléchi, la seule chose dont elle pensait en draguant ses femmes, s'était à leurs corps, rien de plus, ni moins. En se mettant enfin cela en tête, elle avait l'impression d'être un monstre...

    -"C'est la première fois que tu y réfléchi? Il a fallut que tu me rencontres pour que tu t'en rend enfin compte?!"
    Elle donna alors un coup de pied sur le cube:
    -"Es-tu idiote à ce point?! Raphaël?!!"
    Mais lorsqu'elle avait donné un coup sur le cube, elle avait fait bouger une plaque qui était posé dessus. Sous cette plaque, Raphaël pouvait y voir une lumière blanche en sortir. Elle s'était tellement concentrée là-dessus, qu'elle n'écoutait pas son doublon poursuivre. Cette lumière lui paraissait étrange, elle s'approcha alors du cube.
    -"Tu m'écoute au moins?!" Demanda l'autre métisse, la regardant. Une air perplexe se traçant sur son visage lorsqu'elle la vit concentrée sur le cube.
    Finalement, Raphaël avait prise la plaque, la lançant à quelques mêtres d'elles, pour pouvoir enfin voir ce qu'il y avait en dessous. Elle put alors voir un vide à l'intérieur du cube, une lumière blanche éclatante en sortant. Le doublon allant alors vers le cube, regardant à l'intérieur.

    -"Qu'est-ce que c'est?" Demanda Raphaël, voyant l'air surpris sur le visage de son double.
    -"Je crois... Que c'est la sortie. Elle était juste sous mon nez, et je ne l'ai jamais remarquée...?"
    Raphaël avait alors retirée l'un de ses talons, la lachant alors dans le cube, le tout sous le regard silencieux de la louve. Les deux regardaient la chaussure tomber, pour finalement disparaître, sans bruit.
    La blanche avait alors regardée le double qui avait l'air complètement hypnotisée par cette lumière. Elle ne l'avait sans doute jamais vue. Toute la haine qui envahissait son regard avait disparu, il ne restait plus que le regard d'une femme. Une femme complètement perdue.

    -"Viens avec moi."
    -"Je te l'ai déjà dit, je ne peux pas sortir." Avait-elle répondu, le ton froid, presque triste.
    -"Essaye au moins! Et si tu n'y arrive pas, je te fais au moins la promesse de changer cet endroit.
    -Comment?
    -Ça prendra peut-être du temps, mais je peux t'assurer qu'un jour, tu pourras vivre d'une façon bien meilleure.
    -Ne prend pas trop ton temps alors." Avait-elle conclu, presque boudeuse.
    Raphaël avait alors ris un instant:

    -"Je n'peux rien te garantir." Réponda-t-elle alors souriante, un ton chaleureux, à la fois rassurant.
    La louve avait alors montée sur les rebords du cube, sur le point de sauter, mais c'est lorsqu'elle allait le faire que Raphaël l'avait stoppée:

    -"Attend! Je peux au moins savoir ton nom?
    -Loba. Juste... Loba."
    La latine hocha la tête, comme pour la remercier de lui avoir répondu, souriante. La dénommée l'avait alors regardée, croisant enfin son regard sans la fusiller de colère. Son regard paraissait beaucoup plus "humain", de plus, Raphaël pouvait la voir sous son vrai côté: complètement perdue. Mais elle lui avait esquissé un sourire, un sourire honnête, peut être même timide, car elle avait peu après baissée les yeux, regardant la lumière blanche qui sortait du cube:
    -"Bon... On y va?" Demanda-t-elle, tentant de changer de sujet.
    -"Ok!"
    Les deux femmes entrèrent alors dans le cube. Une fois à l'intérieur, Raphaël se sentit tomber de haut, un vent puissant la faisant tomber d'une grande rapidité. Elle regardait autour d'elle, il n'y avait rien, juste du blanc. Loba elle-même avait disparue.
    Cependant, au fur et à mesure qu'elle tombait, elle sentait ses paupières s'alourdir, comme si elle s'endormait. Son corps devenait de plus en plus raide, elle se sentait incapable de bouger ses membres, il n'y avait que ses yeux qui regardaient au-dessus d'elle, alors qu'elle tombait sur le dos...

    Ses yeux se rouvraient, son corps reprenait peu à peu de ses forces. Elle s'était endormie. C'est après avoir regardée l'endroit où elle était allongée qu'elle put conclure qu'elle était toujours dans ce désert. Soudain, un grand bruit la fit sursauter, quelque chose était tombé derrière elle. Elle se releva alors, d'un geste lent, encore sonnée, reprenant son équilibre sur ses grands talons. Elle put alors voir Loba, également allongéeau sol, les dents serrées de douleur sans doute à cause de sa chute.
    -"P*taaaain..." Avait-elle dit de douleur, avant de se relever.
    -"Est-ce que ça va?"
    Loba la regarda alors, les sourcils froncés, silencieuse. Lui demandant finalement, d'un ton sec et surpris:
    -"Pourquoi t'es encore là?
    -J'en sais pas plus que toi!"
    Elle réfléchit alors, la tête baissée, passant alors sa main dans ses cheveux pour retirer le sable gris de sa chute:
    -"C'est parce que ta sautée avec moi. Puisque je peux pas sortir, le portail n'a pas put s'ouvrir pour toi. Donc t'as attérri ici. Encore.
    -Et comment je peux sortir?" Demanda-t-elle, lui désignant le cube, désormais refermé.
    -Il suffit d'attendre que tu te réveille.
    -Hein?
    -C'est simple: les seuls moments où tu peux venir dans ce monde, c'est durant ton sommeil. Alors, quand tu te réveilleras, tu seras de nouveau dans ton lit.
    -C'est si simple que ça..." Avait-elle chuchotée à elle-même, tout en regardant la louve s'asseoir sur le cube.
    Elle vit alors, à ses pieds, le talon qu'elle avait jeté auparavant. Même la chaussure n'a pas put traverser. Elle s'accroupit pour la prendre, faisant attention de ne pas faire de mauvais gestes pour sa robe, robe qu'elle n'avait toujours pas l'habitude de porter.

    Elle s'était alors assise à côté de la louve, celle-ci ayant un air irrité et impatient au visage alors qu'elle retirait le sable qui était entrée dans sa chaussure. Raphaël, elle, avait remis son talon une fois assise.
    Elle pouvait voir la louve fixer le sol, ses mains tenant ses joues alors que ses coudes étaient posés sur ses cuisses. Elle avait l'air d'avoir l'habitude d'attendre, de s'ennuyer. Tout prouvait qu'elle passait sa vie comme tel, assise sur ce cube à ne rien faire, attendant que le temps passe et qu'un jour peut-être ce décor vide se transforme en un petit paradis, ou encore, qu'une porte s'ouvre. Une porte qui pourrait l'amener dans son monde.

    Mais ce monde. A quoi pouvait-il ressembler? Elle prétendait être un démon mais, derrière toute cette haine et ce regard bestial, elle paraissait si... Sensible. Elle venait des Enfers? Ça, Raphaël en doutait beaucoup.



by Vorte-X-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tisty.forumgratuit.org
 
Waiting for Godot. || LOBA & Raphaël
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Raphaël Malaoui
» AMV - That moment when we are still waiting
» [Résolu] waiting for automatic adjustment et raccourcis inopérants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum-Test de Sandankhr. :: Test RP-
Sauter vers: