AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Akem Alvarez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sandankhr
||- the Demon Wolf
avatar

Messages : 421
Date d'inscription : 08/11/2010

MessageSujet: Akem Alvarez    Mar 28 Aoû - 17:16

Spoiler:
 

Des cris retentissaient dans cette salle glaciale et lugubre. Deux voix féminines, une voix masculine. Il faisait sombre, seul l'éclat de la lune traversait la petite fenêtre pour se poser sur le sol de briques du sous sol de la maison. Il y avait une femme debout, pétrifié et terrifié sans doute âgé de la quarantaine et une autre plus jeune à genoux, celle-ci âgé de seize ans. Un homme tenait l'épaule de la plus jeune, tenant de la même main un revolver. De son autre main, il tenait un couteau qu'il avait posé sur le côté du cou de la jeune fille. La fille était très belle et possédait de sublime cheveux longs et lisse au noir semblable à celui des ténèbres. Elle pleurait. L'homme hurlait à l'autre femme :
-"Dit-moi où est-ce que tu les as mis!!
-Mais je ne sais pas! Ce n'est pas moi qui les ai caché!
-Tu mens!
-Je ne mens pas! Relâche la je t'en prit!" Suppliai-t-elle en criant avant de commencer à pleurer elle aussi. Mais l'homme avait crié plus fort:
-"DIT-MOI!!"
Il avait crié si fort que la jeune fille put sentir que son coeur battait plus fort. Elle avait poussé un cri de peur. L'homme était complètement hors de contrôle, fou de rage. Son regard n'était plus humain, il était plutôt... Semblable à celui d'un fou. Il ne montrait plus aucun signe d'humanité, il était juste là, menaçant sa femme et sa belle-fille pour un pauvre coffre contenant quelques billets. La femme ne pouvait rien dire sur ce coffre, elle ignorait vraiment où il se trouvait. Mais l'homme n'en faisait qu'à sa tête, il approchait au fur et à mesure le couteau de la gorge de la jeune fille. Les deux femmes paniquaient alors de plus en plus, la plus âge finit par tomber à genoux, regardant sa fille dans les yeux. Elle regardait ensuite l'homme face à elle:
-"S'il te plait... Laisse là.
-Pas temps que tu me diras tout! Où est ce p*tain de coffre!
-Je te l'est dit encore et encore! Je n'en sais rien!
-Tu commence vraiment à m'énerver..." Avait-il conclu avant de soupirer, l'air blasé.
Il trancha alors le côté du cou de la fille. Celle-ci hurlait de douleur, ses larmes coulaient de plus en plus. L'homme avait bien analysé son coup, lui faire mal sans la tuer, juste ce qu'il fallait pour faire parler la femme, mais en vain. Cette dernière criait le nom de la jeune fille: Akem. Le sang coulait de son cou, l'entaille était longue et bien ouverte, elle souffrait énormément. Les deux femmes ne pouvaient rien faire, toutes deux menacé.
-"Si tu continus à me mentir, ce ne sera pas elle que je tuerais, mais c'est toi!"
Sur ces paroles, la petite avait écarquillé ses yeux, regardant sa mère. Elle n'osait plus parler, à cause de blessure.
-"Et bien fait le! Au point où on en est!
-Ne me force pas.
-Tu en est incapable et je le sais!"
Il en était capable et elle ne le savait pas.

Les disputes et les menaces continuaient. Akem restait silencieuse, le sang continuait de couler de son cou, elle sentait sa tête tourner peu à peu. Elle n'entendait plus rien autour d'elle, elle ne voyait que sa mère face à elle, pleurer et hurler. Elle était pétrifiée et faible, incapable de faire quelque chose. Son père la tenait fermement l'épaule, cette épaule lui faisait mal. Le couteau était toujours posé à sa gorge, elle n'osait même plus avaler, de peur de toucher la lame. Le vent froid du sous-sol lui glaçait le sang, elle était vraiment mal en point, sur le point de tomber. Mais soudain, elle sentit un poids s'en aller, c'était la main posée sur son épaule. Elle se sentait mieux d'un coup, elle reprit alors connaissance. Elle avait dirigé son regard vers son beau-père, celui-ci l'avait laissé pour aller en direction de sa mère, marchant faiblement, tel un mort-vivant qui marchait vers sa proie. La femme restait figé sans bouger, fixant l'homme qui se dirigeait vers elle, paralysé. Ce dernier l'avait prise par le bras pour la relever:
-"Vient avec moi, ça ne durera pas longtemps."
Il s'adressa ensuite à Akem:
-"Ne tente pas de t'échapper, la porte et les fenêtres sont verrouillées."
Mais l'adolescente était incapable de bouger, non seulement à cause de sa blessure mais la peur l'en empêchait tout autant. Elle le vit chuchoter quelques mots à l'oreille de sa mère, un sourire serré c'était tracé sur son visage. Elle s'adressa à son tour à la jeune fille, d'un ton rassurant:
-"Ne t'en fais pas ma chérie... Tout ira bien."
Lorsqu'elle avait finit sa phrase, l'homme la tira vers une salle où il s'enferma à l'intérieur avec elle. Akem restait silencieuse, attendant, toujours à genoux. Ce que lui avait dit sa mère lui avait donné une petite lueur d'espoir. Mais les minutes passaient et elle sentait sa tête tourner de plus en plus, elle voyait flou et tremblait. Elle se sentait de plus en plus faible, si faible qu'elle s'était écroulée à terre, tête la première. Elle était devenue si fragile que ce petit coup était comme un coup de marteau. Finalement, elle avait perdu connaissance, couchée, là par terre, dans cette salle si sombre, si froide...




Lorsqu'elle avait reprit connaissance, elle était couchée sur un grand lit, dans une chambre chaleureuse et propre, tout le contraire du sous-sol où elle c'était évanoui. Elle avait pu reconnaître la chambre de sa mère. Regardant autour d'elle, elle vit le révolver de son beau-père posé sur la table de nuit, de plus, ce dernier n'était pas dans la chambre, elle put voir aussi une trousse de secours ouverte. Elle avait alors tâté son cou du bout de ses doigts, sentant le tissu d'un bandage elle put conclure qu'elle avait été soignée. Sa mère? Elle n'en savait rien. Elle restait allongé, poussant un long soupir de soulagement, pensant que tout était terminé...Soudain, elle put entendre des bruits de pas se diriger vers la chambre. Ces pas étaient lourds et brute, ce n'était donc pas sa mère. De méfiance, elle voulait prendre le pistolet posé sur la table de nuit, mais elle n'avait pas eu le temps, quelqu'un était entré dans sa chambre: son beau-père. Il avait l'air plus calme que tout à l'heure, mais il ne montrait aucun signe de joie. Il s'était assis sur le lit, près d'elle. Effrayée, Akem c'était reculé.-"Je suis désolé, vraiment..." Lui avait-il confié, calmement. Elle n'y croyait pas un mot, cet homme était devenu fou, elle le savait. Mais elle restait silencieuse, le fixant d'un regard remplit de haine. Il avait regardé son bandage un instant, puis il avait approché sa main, souhaitant voir sa blessure. Mais Akem l'avait repoussé, frappant du dos de sa main son avant bras:
-"Laisse-moi!"
L'homme c'était alors énervé à nouveau:
-"Bon... J'ai promis à ta mère de prendre soin de toi, mais si tu ne m'aides pas de ton côté..."
Il était soudainement monté sur le lit, plaquant la fille sur le lit en posant ses mains sur ses bras. Elle se débattait, tentant de se délivrer, en vain. Sa blessure l'empêchait de trop bouger sa tête. Elle sentit la main de l'homme se glisser dans ses cheveux. Ses cheveux très long, sans doute lui arrivant jusqu'à la taille.
-"Tu as vraiment des cheveux sublimes. On dirait... Ceux de ta mère."
Cette phrase l'avait mise folle de rage, elle avait alors prise son courage à deux mains avant de lui donner un violent coup de tête sur son front. Le grand s'était alors redressé, hurlant de douleur et frottant son front. Pendant ce temps, Akem avait prit le revolver posé sur la table de nuit avant de le pointé vers le visage de l'homme face à elle. Celui-ci avait directement levé les mains, paniqué. Il s'était alors enlevé du lit, toujours les mains levées, l'adolescente pointait toujours l'arme sur lui, prête à tirer s'il faisait le moindre geste déplacé. Il le vit soudainement sourire, un sourire non pas malicieux, mais celui d'un homme heureux. Elle ne comprenait pas. Elle le vit mettre lentement une de ses mains dans son manteau pour aller à sa poche intérieure. Elle se releva du lit, la remplissait ses yeux.
-"Qu'est-ce que tu as fait à maman?! Où est-ce qu'elle est?!"
L'homme n'avait pas répondu.
-"J'vais appeler les flics, et ils te f**teront au trou, espèce d'enflure!
-Je ne crois pas non..."
Elle dirigea alors son regard vers sa main cachée. Soudain, il l'a ressortit d'une grande vitesse. Craignant qu'il avait une autre arme, elle avait appuyé sur la gâchette, lui tirant une en plein milieu du cou. C'est lorsqu'elle avait tiré qu'elle put voir sa main vide, imitant de ses doigts la forme d'une arme à feu. Il avait fait semblant. Pour se suicider? Elle n'en savait rien. Et elle ne le sait toujours pas.
L'homme souriait toujours, s'écroulant à terre, le sang montant à sa bouche. Elle le regardait tomber, lorsqu'il tombait, elle avait l'impression qu'au fur et à mesure on lui retirait un couteau planté au ventre. Elle devenait de plus en plus sereine, son regard s'apaisait et elle devenait de plus en plus calme. Elle avait alors attendu que l'homme face à elle s'éteignait pour lâcher l'arme qu'elle tenait dans sa main. Elle tomba soudainement à genoux, logeant sa tête dans ses mains. Elle ne pleurait pas, elle souriait. Tout était terminé. Enfin. Elle restait là, à genoux dans la chambre. Quelques larmes coulaient, ses longs cheveux cachaient son visage. Elle releva alors la tête, retirant les longues mèches et essuyant ses larmes. Elle regardait l'anneau d'argent qui entourait son doigt, c'était l'anneau que lui avait offert sa mère. Elle put voir l'éclat de la lune refléter sur l'anneau. Dirigeant son regard vers l'astre à travers la fenêtre, elle fut comme hypnotisé. Faisant le vide sans sa tête, elle voyait déjà son futur: retrouver son père en Amérique et mener une vie normale. Mais avant ça, il lui fallait d'abord quitter l'Espagne, et elle savait très bien ce qu'elle avait à faire.

Oui, car elle savait où se trouvait ce fameux coffre. Ce fameux coffre qui contenait la fortune de sa famille...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tisty.forumgratuit.org
 
Akem Alvarez
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum-Test de Sandankhr. :: Test RP-
Sauter vers: